Sommaire > Les bases de la couleur 1 / 10
 

Calibrage d'une chaîne graphique en flux RVB

 

Introduction à la gestion des couleurs
Publié le 21 avril 2015 / MàJ 10 mai 2018

 

Ce guide se veut une initiation à la gestion des couleurs. Il n'est pas écrit par un "théoricien" des couleurs mais par un photographe passionné qui s'intéresse au sujet depuis quinze ans. Vous n'y trouverez donc pas de tests avec plein de chiffres après la virgule mais bien un retour d'expérience pragmatique, concret.
À travers ces dix pages, je souhaite vous expliquer le vocabulaire spécifique de la gestion des couleurs. C'est un vocabulaire nouveau le plus souvent, qui ne fait pas parti de l'inconscient collectif comme le vocabulaire du tirage argentique. Ici, les sondes d'écran et les profils ICC remplacent les éprouvettes, les bacs de révélateurs et les thermomètres.


La gestion des couleurs, voici une étape à ne surtout pas négliger et qui pourtant est encore trop souvent délaissée par les photographes ou les graphistes lorsque qu'ils travaillent leurs images sur un ordinateur. Certes il faut des outils adaptés - sondes de calibrage d'écran ou colorimètres, spectrophotomètres, mires, etc. - pour obtenir une très bonne gestion des couleurs mais ce n'est peut-être pas si compliqué que cela... C'est simplement un peu plus long à expliquer que la profondeur de champ car les notions importantes sont nombreuses et le vocabulaire un peu nouveau. En effet, aucun de nos ancêtres ne nous a parlé de profils ICC, de gamuts et autres couleurs L*a*b* !

J'espère cependant vous montrer dans les pages de ce guide d'initiation que la gestion des couleurs n'est pas réservée à une élite mais doit faire partie de la culture de tout photographe - amateur ou professionnel - au même titre que la mise au point, la profondeur de champ ou la mesure de la lumière. La gestion des couleurs à l'aide des profils ICC est la base technique de notre nouveau laboratoire, notre laboratoire numérique où la sonde et les mires ont remplacé nos thermomètres et autres éprouvettes, tout simplement.

Dans le processus de reproduction fidèle des couleurs de la nature, le photographe, même amateur, qui a investi parfois des sommes importantes dans son équipement photo numérique pour ses qualités, a souvent la désagréable surprise de voir que les couleurs affichées sur son écran et sur le tirage qui vient de sortir de son imprimante sont notablement différentes ! D'une étape à une autre de sa chaîne graphique les couleurs changent. Chaque appareil introduit des "déformations" propres quand il arrive à reproduire la couleur demandée ! C'est tout à fait pénible car qui croire ? Pourquoi ? Est-ce mon écran ou mon imprimante qui dit vrai ? Qui corriger ? Quoi corriger et comment et de combien ? Voilà des questions que je me suis longtemps posées car je trouvais que je gâchais beaucoup de papier et d'encre même si j'avais le sentiment d'arriver à un résultat correct à la fin. Le problème : je passais à chaque fois beaucoup de temps sur chaque tirage avant d'être satisfait. Dans ces pages sur la gestion des couleurs, je vais tenter d'apporter des éléments de réponse et d'expliquer comment contrôler l'aspect colorimétrique de ses images d'un bout à l'autre de la chaîne graphique.

Remerciements...

J'adresse ici tous mes chaleureux remerciements à Gérard Niemetzky car c'est lui qui m'a initié à la couleur, en 2004. Je remercie également toutes les personnes qui de près ou de loin m'ont aidé par la suite, notamment Hervé Petit et bien sûr, Jean Delmas, auteur d'un excellent livre sur la gestion des couleurs chez Eyrolles, avec qui j'ai tant de plaisir à parler gestion des couleurs mais également tellement d'autres choses passionnantes... Mes remerciements ne peuvent faire l'impasse sur le regretté Bruce Fraser dont le célèbre livre "La gestion de la couleur" m'a tant apporté. Je pense enfin à Jeff Schewe et ses livres sur Camera Raw. Merci donc à tous et bonne lecture.

   
 
 
 

 

 

À quoi sert la gestion des couleurs et comment fonctionne-t-elle ?

Dans un monde parfait (!), notre œil, nos appareils photo numériques etc. verraient ou reproduiraient tous les mêmes couleurs ! Dans la réalité du photographe qui travaille ses images sur un ordinateur il en est tout autrement... Mais au fait, combien de couleurs notre œil peut-il voir ? Comment transmettre d'un appareil à un autre la même couleur perçue ? Combien de couleurs différentes votre écran peut-il vraiment afficher ? Et votre imprimante en imprimer ? Comment représenter ces couleurs avec des chiffres ? Quelles déformations des couleurs sont introduites par tel ou tel appareil de reproduction des couleurs, fut-il de très bonne qualité ? Comment les corriger ? Voici un panel des questions qui se posent souvent au photographe qui travaille tout ou partie en numérique...

   
   
 

Les outils de la gestion des couleurs sont là pour nous simplifier la tâche et nous permettre d'obtenir un résultat contrôlé, pendant le traitement d'une image, de son acquisition par un scanner ou un appareil photo numérique jusqu'au tirage sur imprimante jet d'encre ou Offset. Grâce à l'étalonnage et au calibrage de tous les éléments de la chaîne graphique ainsi qu'aux outils de notre système de gestion des couleurs - SGC -, on peut tenir compte des défauts colorimétriques de chacun pour les corriger et obtenir un résultat de très grande qualité tout au long de cette chaîne de traitement de nos photographies.

 

 

Quelques éléments pour comprendre...

Depuis le début du siècle dernier, on sait que l’œil humain voit le monde en couleur grâce à des cellules photosensibles qui tapissent le fond de sa rétine. On constate qu'il en existe deux grandes catégories : les bâtonnets surtout sensibles à la quantité de lumière et les cônes, sensibles aux couleurs s'il y a suffisamment de lumière mais avec une particularité singulière : ces cellules sont surtout sensibles dans le Rouge, le Vert et le Bleu. Donc depuis près d'un siècle on sait que l’œil humain ne peut voir que quelques couleurs directement mais reconstruit toutes les autres dans son cerveau par le mélange de ces trois couleurs dites primaires. Puisque l'homme voit en RVB, les ingénieurs ont fabriqué des ordinateurs, des écrans, des appareils photo numériques ou encore des imprimantes qui fonctionnaient également sur ce principe. Ainsi chaque pixel de notre APN voit les couleurs en RVB. À une valeur RVB correspond donc une couleur. C'est très simple à comprendre et à mettre en œuvre. Seulement voilà, si pour un appareil donné, une valeur RVB donnée correspond effectivement à une certaine couleur, à cette même valeur ne correspond pas strictement la même couleur pour un autre APN, dans notre exemple. Autre exemple pour finir de comprendre le problème quand on parle en valeur RVB, pourtant intuitif car calé sur le modèle de l’œil humain : les télévisions. Quand elles reçoivent le même programme télé - donc le même signal RVB - elles n'affichent pas toutes la même couleur !!!

   
   
 

Le modèle couleur est donc basé sur le modèle de l’œil humain mais nous emmène dans un monde tortueux où, pour un signal RVB, ne correspond pas une seule et même couleur pour tout le monde mais bien de multiples couleurs avec, certes de faibles différences mais pourtant parfois bien visibles.
N'existe-t-il pas un modèle couleur absolu, un modèle où les couleurs ne sont pas décrites par des valeurs RVB mais par autre chose, absolu, lui ? Ce modèle a donc été inventé et s'appelle le modèle colorimétrique L*a*b*. Les couleurs L*a*b* sont des couleurs absolues donc à une valeur L*a*b* correspond une seule couleur que l'on pourrait identifier par sa longueur d'onde. Tout l'art de la gestion des couleurs consiste à savoir par quel signal RVB faire correspondre, pour un appareil donné, une couleur L*a*b*.

Ainsi, si notre appareil photo a vu tel rouge L*a*b*, qu'il "traduit" donc par une valeur RVB propre à lui, on va pouvoir imprimer ce rouge L*a*b* ou un rouge perçu comme le plus proche colorimétriquement s'il n'est pas imprimable, grâce aux outils de la gestion de la couleur : le calibrage, la création de profils ICC, l'attribution de profils ICC ou encore la conversion, etc.

 

Tout l'art de la gestion des couleurs consiste à savoir quel signal RVB est associé, pour un appareil donné, à quelle couleur L*a*b*.

 

  La gestion des couleurs et ses outils de création de profils ICC permettent donc de savoir beaucoup de choses sur un appareil donné : s'il peut effectivement voir, imprimer ou afficher une couleur et si c'est possible techniquement pour lui, comment il le fait, donc dit autrement, avec quelle caractéristique ou " quel défaut". Que cela soit possible ou pas, l'information est contenue dans un profil ICC, son profil ICC. Pour le créer, on se sert de sondede calibrage d'écran, de spectrophotomètre pour les imprimantes et de mires pour les appareils photo numériques. Un profil ICC est donc la carte d'identité d'un appareil numérique. À travers ce guide, j'espère vous familiariser avec ces notions pas si compliquées finalement vous allez voir !
   
 
 

Essentiel !

Espace couleur LabLa plaque tournante de la gestion des couleurs est donc basée sur l'ensemble des couleurs réellement perçues par un œil humain "moyen", c'est-à-dire les couleurs L*a*b*. En effet, à une couleur L*a*b* correspond une seule couleur, absolue, pour cet œil "standard". Le calibrage (on dit calibration en anglais) de chaque appareil va permettre de savoir par quel signal RVB ou CMJN il traduit cette unique couleur L*a*b* sachant qu'aucun périphérique ne le fait de la même façon dans notre monde pour des raisons techniques. Pour reproduire une seule couleur - une couleur L*a*b* - tel écran devra afficher tel signal RVB et tel autre écran d'une autre marque et même souvent de la même marque, un autre signal RVB.


À une couleur L*a*b* correspond donc autant de signaux RVB, certes très proches, qu'il existe d'appareils ou d'espaces couleurs.


Donc inversement, à une valeur RVB correspond une multitude de couleurs L*a*b* selon l'appareil qui va la reproduire. Il suffit donc de traduire chaque valeur RVB d'un appareil donné par la bonne couleur L*a*b* lors d'un processus qui s'appelle  l'attribution du profil ICC avant de le transmettre au périphérique suivant lors d'un autre processus : une conversion - en modifiant cette valeur RVB en une autre valeur R'V'B' - ... pour qu'il imprime, affiche, cette même couleur L*a*b* avec le signal RVB ou CMJN qui lui est propre.
En gestion des couleurs, on ne transmet donc pas, paradoxalement, une info RVB ou CMJN, pourtant si pratique et issue directement du fonctionnement de l'être humain, car elle est trop dépendante des caractéristiques d'un périphérique, mais une couleur L*a*b* - unique - absolument indépendante de tout appareil, couleur que perçoit un être humain "standard". Un profil ICC contient donc les caractéristiques couleurs de chaque appareil et est chargé de faire ce travail de correspondance !

 
     
   
 

Et faites vous à l'idée maintenant que nos sondes d'écran et autres mires viennent simplement remplacer nos thermomètres et nos éprouvettes et tout cela sans rester dans la faible lumière de notre ampoule rouge faiblarde !


Pour commencer, tentons d'en savoir plus sur... L’œil et les couleurs - 2 / 10   Suivre

 
 
À travers ces 10 pages nous allons apprendre tout le vocabulaire lié à la gestion des couleurs : les espaces couleurs, les profils ICC, les gamuts, etc...
 
- Introduction à la gestion des couleurs - 1 / 10
  - À quoi sert la gestion des couleurs ?
- Quelques éléments pour comprendre...

- L’œil et la perception des couleurs
- Les couleurs et l'informatique
- Le gamma
- Les espaces couleurs
- Les profils ICC
- Attribuer un profil ICC
- Convertir une image
- Modes de conversion Relatif et Perceptif
- Qu'est-ce que le calibrage ?!

 

- Pour les débutants : 3 vidéos gratuites !
- Toutes mes vidéos sur ma chaîne Youtube !


 

"Comprendre et bien utiliser les DPI"
Livre numérique - pdf 116 pages

En savoir plus...

12,90 €

"Comprendre tout le vocabulaire de la couleur" Livre numérique - pdf 160 pages

En savoir plus...

Prochainement !

   
 

 

     

 

 

 

     
 

 

       

Depuis avril 2002 ce site vous propose...
 

Ce site dédié à la gestion des couleurs pour les photographes et les vidéastes, débutants ou professionnels, visité par plus de 480 000 personnes par an, propose d'une part de vous aider à comprendre et mettre en pratique facilement la gestion des couleurs de vos photos et d'autre part vous aide à faire les meilleurs investissements grâce à plus de 75 tests matériels ou logiciels et ce, depuis avril 2002 ! Il est le fruit d'un patient travail et d'une longue expérience partagés par un photographe professionnel mais surtout passionné !

 

D'où proviennent les produits testés ? Mon avis est-il libre ?

Tous les produits dont je parle sur ce site ont été testés par mes soins soit à la suite d'un achat personnel, d'un prêt amical, pendant une formation chez un client ou bien encore suite à un prêt constructeur. Dans tous les cas, c'est moi qui décide ce que je veux tester et même si, par le passé, certaines marques ont été "déçues" par mes conclusions, les choses bougent aujourd'hui et mon avis impartial est de plus en plus le bienvenu...

 

Comment ce site est financé ? Avec quelle éthique commerciale ?

Ce site est en grande partie gratuit et pourtant sans aucun placement produit et sans pub. Pourquoi ? Mais parce que j'ai fait un choix il y a quinze ans déjà ! Or il faut reconnaître que c'est lucratif et que cela fait vivre de nombreux sites Internet.

 

Je me suis donc posé la question : que faire car ce site ne peut grandir qu'avec des revenus réguliers, comme les autres ? Comment continuer à rendre l'information accessible gratuitement, ce que je fais historiquement depuis avril 2002 ? 


       
         


Et bien grâce à l'affiliation : à chaque fois que vous cliquez sur les liens de ce site vers mes boutiques partenaires, ils savent que vous venez de ma part et me reversent un petit pourcentage sur ce que vous achetez : mon conseil d'achat ou tout autre chose d'ailleurs. Pensez à passer par mes liens quand vous achetez chez eux ! Cela ne vous coûte donc rien et tout le monde y gagne : vous, eux, moi ! Et comme je vis avec mon temps, j'essaie de travailler le plus possible avec des sites mettant en avant une éthique sociale dans leur entreprise. Dans tous les cas, j'essaie de vous offrir un choix varié de possibilités de me soutenir...

 

Informations légales

Les informations légales sont accessibles sur ma page Mentions légales - Me contacter...

 
 

 

     

 

 

Retour en haut



 

Plan du Site  |   À propos  |   Mentions légales