Sommaire > Les bases de la couleur 4 / 11
 

Le gamma en photo numérique

 

Le gamma

Publié le 15 avril 2015   |  Màj le 21 mai 2020

 

Notre œil, comme nos écrans, "possède" un gamma ! Dans les deux cas cela veut simplement dire qu'ils ne réagissent pas à la lumière de manière linéaire. What ?! En fait, notre œil n'est pas également sensible à la même augmentation de lumière quand il est dans une pièce sombre et quand il est en plein soleil. Dit autrement, il ne perçoit pas les différences de luminosité de la même manière selon l’environnement lumineux dans lequel il est plongé. Allumez une deuxième bougie dans une pièce peu éclairée et vous verrez davantage de lumière MAIS pas deux fois plus. Si, Si, je vous assure ! Maintenant, allumez la même bougie dans la même pièce mais en plein jour : cela ne changera pas grand chose et pourtant vous apporterez autant de lumière que dans la pièce sombre. Étonnant non, même si on n'y fait plus attention et quelles en sont les applications pratiques en photo et vidéo  ?


C'est surtout lorsque l'on parle d'écrans que l'on utilise la notion de gamma même si cette notion existe à propos de nos appareils photo et nos photos. Il est donc important maintenant de se pencher sur ce vocable pour mieux comprendre l’œil et la vision humaine et ainsi décider, en toute connaissance de cause, le gamma que l'on choisira au moment de calibrer notre écran pour un usage photo ou vidéo : 1,8, 2,2, 2,4, L* ? Au passage, nous nous interrogerons sur le rendu si particulier d'une photo HDR.


 

Vocabulaire et notions générales à propos du gamma

Le vocabulaire de la gestion des couleurs regorge de nouveautés par rapport au vocabulaire que l'on employait dans un laboratoire argentique : on parle maintenant de gamma, de courbe de réponse...

Vocabulaire : qu'est-ce que le gamma ?

Courbe de gamma 2,2La notion de gamma - d'un œil, d'un écran, d'un fichier image, d'un capteur d'appareil photo ou d'un scanner - est une notion qui revient régulièrement dans le vocabulaire de la gestion des couleurs, notamment au moment du calibrage de l'écran. C'est tout simplement une courbe mathématique (une fonction non linéaire - image ci-contre) qui permet de connaître le lien - la corrélation - qu'il y a entre un signal émis (la lumière perçue représentée sur l'axe des abscisses) et la réponse d'un capteur, (par exemple notre œil, sur l'axe des ordonnées). Cette fonction s'écrit sous la forme :

 

Signal de sortie = signal d'entrée gamma

(Le signal de sortie est égal au signal d'entrée élevé à la puissance gamma)

 

Fondamental ! En effet, notre œil a une particularité singulière : il n'a pas la même sensibilité (ici en quantité) à une augmentation ou une diminution de lumière selon qu'il regarde quelque chose de sombre ou clair. Dit autrement, il ne va pas percevoir de la même façon une différence de luminosité entre deux valeurs de gris par exemple selon que cela concerne des gris foncés ou des gris clairs.

a) Sa sensibilité à une différence d'éclairage est non linéaire - Imaginons que vous soyez dans une pièce normalement éclairée. Imaginons maintenant que nous soyons capables d'augmenter (d'éclairer) de +100 lumens uniquement les parties sombres de la pièce. Vous allez de suite voir la différence car cette différence se fait dans les parties sombres. Maintenant imaginons que nous augmentions cette fois-ci la luminosité, toujours de 100 lumens, mais sur des objets très éclairés alors vous verrez à peine la différence ! Ainsi, la même augmentation de luminance sur des objets sombres ou clairs n'est pas perçue à l'identique. Donc on peut dire que l'œil possède un "gamma" car sa sensibilité à la lumière est progressive.

La réponse de l’œil à la lumière est singulière : elle est non linéaire.
 

On peut également en déduire que si on augmente un peu la luminosité d'une pièce sombre on verra immédiatement la différence alors que cette même augmentation passera inaperçue dans une pièce claire et pourtant on aura bien ajouté la même quantité de lumière. L’œil est en effet beaucoup plus sensible aux faibles différences de luminosité dans les ambiances sombres que claires.

b) Sa non linéarité est elle-même non constante donc "différente" selon que l'on est dans un environnement très sombre, moyennement éclairé ou en plein soleil - Il découle une conséquence de cette non linéarité selon les environnements lumineux : sa perception de différence de luminosités diffère également selon les ambiances lumineuses (claires ou sombres) comme le montrent les figures ci-dessous :

   
  Différence de perception de l'oeil selon l'environnement lumineux
Les deux carrés gris, sur fond blanc et noir ont les mêmes valeurs RVB à gauche comme à droite. Leur différence donc leur contraste est perçu différemment : sur fond blanc, leur différence semble plus importante que sur fond noir (plus de contraste).
   
 

Note pratique ! Le cas ci-dessus est un cas qui montre cette différence dans un cas de fort contraste. C'est plus parlant. Mais une différence réelle même si moins "spectaculaire" serait perçue avec un fond gris clair / gris foncé. Enfin, regardez cette même figure pendant une journée ensoleillée puis la nuit et (sauf si votre mémoire vous fait défaut !) vous percevrez la différence différemment.

c) Conclusion : l'œil humain possède une réponse non linéaire à la lumière et son gamma varie en permanence selon l'environnement lumineux et le contraste de la scène visualisée. On dit ainsi que le gamma de l’œil varie de 2 à 3 selon les cas de figures en passant par le fameux 2,2 devant un écran pas trop lumineux et dans une pièce "normalement" éclairée. 

La réponse de l’œil à la lumière n'est donc pas non seulement linéaire pour un environnement lumineux donné mais cette sensibilité non linéaire évolue également selon qu'il est dans un environnement sombre ou clair.
 

Le gamma de l’œil varie donc en permanence par nature et selon l'environnement lumineux de la scène visualisée. Ainsi, il est différent un jour de brouillard et en plein soleil ou bien devant un écran dans une pièce "normalement" éclairée ou dans une pièce très sombre quand il regarde un tirage photo. Il varie environ de 2 à 3 en passant par le fameux 2,2 devant un écran dans une pièce moyennement éclairée. Voilà une particularité étonnante de l’œil humain mais il s'agit plus d'une particularité du corps humain et pas seulement de son œil. Cette caractéristique permet au corps humain de percevoir d'importantes différences sans saturer trop vite ses capteurs sensoriels.

Comment choisir son gamma dans la pratique ?

Plusieurs courbes de gamma : 1,8, 2,2, 2,4 et 2,6Eh bien nous allons choisir notre gamma écran au moment de son calibrage différemment selon notre usage (photo ou vidéo) mais surtout, vous l'aurez maintenant compris, selon l'ambiance lumineuse de votre pièce. Il se trouve que le "fameux" gamma de 2,2 est celui qui convient très souvent le mieux pour regarder son écran dans une pièce "normalement" éclairée.

a) Usage Photo - Le conseil pratique est d'utiliser un gamma de 2,2 et il faut bien reconnaître que cela fonctionne très bien. Veillez juste alors à retoucher vos photos dans un environnement pas trop lumineux. Comment faire ? Si votre écran est calibré à 100 cd/m2, votre écran ne doit vous apparaître trop sombre. Si c'est le cas, demandez-vous s'il ne vaudrait pas mieux atténuer la luminosité de la pièce plutôt qu'augmenter la luminosité de votre écran.

b) Usage Vidéo - Ce n'est pas par hasard si l'espace couleur Rec. 709 préconise d'utiliser un gamma de 2,4 et le DCI-P3 préconise 2,6. En effet, les préconisateurs des normes ont considéré, à mon avis à juste titre, que quand on regarde une vidéo, on est souvent dans un environnement sombre voire dans un environnement très feutré si on est devant sa télévision pour regarder un film. Un gamma à 2,4 va ainsi redonner un peu de pêche à vos images. Pour le DCI-P3 on part du principe que l'on va regarder le film dans un environnement de cinéma (salle plongée dans le noir et murs noirs) et alors le gamma est totalement approprié si l'on tient compte des spécifications de œil décrites plus haut.

La dynamique de l'œil

Pour s'adapter à des environnements lumineux différents tout en continuant à voir quelque chose sans saturer trop vite ses cellules nerveuses, l’œil possède également un appendice indispensable : l'iris. Celui-ci peut s'ouvrir (lentement) et se fermer (presque instantanément) quand la variation de lumière est trop importante - quand on sort d'une pièce où l'on est resté assez longtemps en plein été, par exemple. Dans ces conditions, l'iris mesure environ un millimètre de diamètre et laisse donc passer peu de lumière alors que la nuit, après un bon quart d'heure d'adaptation, l'iris complètement ouvert mesure six-sept millimètres de diamètre. Or pour un diamètre d'iris donné (de 1 à 7 mm), l’œil est capable de voir environ 14-16 diaphragmes (selon le contraste de la scène et l'environnement lumineux - clair ou sombre - comme nous venons de le voir ci-dessus) équivalent photo et cela, donc, sur une moyenne de 24 diaphragmes d'amplitude totale. L'amplitude absolue de l’œil "est" donc de 24 diaphs environ mais, grâce à l'iris, à chaque moment de seulement 14/16 diaphs. Rappelons que les meilleurs appareils photo numériques aujourd'hui sont capables de photographier 11/13 diaphs notamment le fameux Nikon D850 mais aussi le Pentax 645Z ou encore l'Hasselblad 50C !

Donc pourquoi les images HDR ont ce rendu si caractéristique (sur les écrans non HDR) ?

Eh bien tout simplement parce que le gamma de l’œil qui regarde un écran n'est pas le même que celui de ce même œil quand il était devant la scène photographiée. Comme on essaye de reproduire par ce procédé technique que l'on appelle la technique HDR d'une part et parce que l'on peut "techniquement" fusionner de nombreuses images ensemble (il n'est pas rare de fusionner 6 photos avec un écart de un diaphragme entre deux prises) et que l'on peut donc "récupérer" une dynamique "folle" de plus de 16 diaphragme que l'on essaye de visualiser avec un gamma de 2,2 donc inadapté pour visualiser plus de 16 diaphragmes. L'image semble ainsi être peu contrastée, bizarre. HDR quoi !

   
Des photos avec ou sans rendu HDR à partir de la même photo
   
 

Donc dit autrement, une photo avec beaucoup de dynamique - plus de 14/15 diaphragmes - aura toujours ce rendu typique affichée sur nos écrans à gamma fixe.

Courbes de réponse et gamma

Courbes de gammaAinsi, si j'envoie vers mon œil un signal lumineux situé exactement entre 0 et 255 donc à 128, (niveaux mini et maxi qu'il peut voir), il aura la sensation de voir un gris plutôt foncé autour de 0,2 sur une échelle de 0 à 1 et non 0,5 comme on pourrait le penser. On applique donc cette correction aux signaux que l'on envoie aux cartes graphiques pour s'adapter à cette particularité de l’œil (et historiquement, à une particularité des écrans cathodiques à canon à électrons.)
Seuls les fichiers bruts - RAW - des APN possèdent un gamma de 1 car leurs capteurs possèdent une réponse linéaire à la lumière qu'ils reçoivent (courbe bleue). Cela est important à savoir si l'on photographie en RAW. Cela est important à savoir si l'on photographie en RAW mais ils ne sont jamais montrés ainsi mais directement avec une courbe de gamma adaptée à l’œil (sauf exception comme DPP pur Canon par exemple).

   
 
 

Contrôle du gamma
de son écran

Ce test du gamma visuel de votre écran montre des échantillons gris carrés avec le niveau du gamma écrit à l'intérieur qui semblent se fondre dans l'image à damier qui sert de fond. Si vous vous éloignez suffisamment de votre écran - environ un mètre - vous constaterez qu'un ou deux échantillons semblent disparaître dans le fond de l'image et la zone semblera devenir uniforme. À cette distance d'observation, il suffira de repérer la zone - donc le gamma - qui semble la plus homogène et qui ne permet plus de distinguer les pastilles du fond.


Test de vérification du gamma d'un écran


Cherchez la pastille qui s'efface dans le fond de l'image. C'est un test amusant si on le compare au gamma que l'on a choisi lors du calibrage. Il y a souvent un léger décalage, peu gênant à vrai dire et cela permet de montrer que, là encore, Eizo est au-dessus du lot !

Note d'utilisation ! Le test visuel ci-dessus a été réalisé pour les écrans dont la résolution varie entre 94 et 110 dpi (FullHD, QHD ou WQHD). Pour qu'il fonctionne avec les écrans 4K, 5K, UHD, iPad, tablettes et autres dalles très hautes définitions, il faut absolument utiliser la définition native de votre écran (affichage à 100%). Sur les tablettes type iPad, cela ne fonctionne pas car on ne peut pas modifier les préférences d'affichage de l'écran.

 
     
   
  Poursuivons avec le vocabulaire spécifique de la gestion des couleurs avec les espaces colorimétriques ou espaces couleurs - 5 / 10   Suivre
   
 
 

À retenir !


 Le gamma de l’œil varie beaucoup selon l'environnement lumineux : clair ou sombre, contrasté ou pas. 

 Il est proche de 2,2 quand il regarde un écran dans une pièce moyennement éclairée. Voilà pourquoi la plupart des écrans sont fabriqués pour reproduire par défaut le fameux gamma 2,2 mais cela peut varier en vidéo entre 2,0 et 2,6.

 Il est plutôt de 1,8 quand il regarde un livre. Les écrans Art Graphique, pour les pro de l'imprimerie par exemple, sont donc surtout en 1,8.

 Il est plutôt de 2,4 ou 2,6 quand on regarde une vidéo car on est censé être dans le noir. Ainsi les images sont plus denses et les couleurs plus saturées.

 
     
 
 
À travers ces 11 pages et trois vidéos gratuites nous allons apprendre tout le vocabulaire lié à la gestion des couleurs : espaces couleurs, profils ICC, gamuts, etc...
 
- Introduction à la gestion des couleurs
- L’œil et la perception des couleurs
- Les couleurs et l'informatique
- Le gamma - 4 / 10
  1 - Le vocabulaire et les notions générales
2 - Le test de gamma
3 - À retenir ...

Les espaces couleurs
- Les profils ICC
- Attribuer un profil ICC
- Convertir une image
- Modes de conversion : relatif ou perceptif ?
- Qu'est-ce que le calibrage ?!

. . . . . . . . . . . . .

- Le vocabulaire pour les débutants + 3 vidéos gratuites

 

- Pour les débutants : 3 vidéos gratuites !
- Toutes mes vidéos sur ma chaîne Youtube !


 

Calibrez votre écran avec la meilleure sonde actuelle : l'i1 Display Pro !

Lire mon test complet...

224,00 €

"Comprendre et bien utiliser les DPI"
Livre numérique - pdf 116 pages

En savoir plus...

12,90 €

   
 

 

     

 

 

 

     
 

 

       

Depuis avril 2002 ce site vous propose...
 

Ce site dédié à la gestion des couleurs pour les photographes et les vidéastes, débutants ou professionnels, visité par plus de 450 000 personnes par an, propose d'une part de vous aider à comprendre et mettre en pratique facilement la gestion des couleurs de vos photos et d'autre part vous aide à faire les meilleurs investissements grâce à plus de 100 tests matériels ou logiciels et ce, depuis avril 2002 ! Il est le fruit d'un patient travail et d'une longue expérience partagés par un photographe professionnel mais surtout passionné !

 

D'où proviennent les produits testés ? Mes tests sont-ils sans complaisance ?

Tous les produits dont je parle sur ce site ont été testés par mes soins soit à la suite d'un achat personnel, d'un prêt amical, pendant une formation chez un client ou bien encore suite à un prêt constructeur.
Dans tous les cas je choisis les matériels que je veux tester et même si certaines marques sont parfois "déçues" par mes conclusions, elles me remercient pour la précision de mes remarques qui feront avancer leurs futurs produits. Donc les choses bougent et mon avis impartial est de plus en plus apprécié... Si j'en crois vos mails, vos marques de confiance et même certaines marques.

 

Vous me demandez souvent comment ce site est financé puisque son contenu est gratuit...

Voici comment je fais, historiquement depuis 2002, pour vous permettre d'y contribuer en toute simplicité : l'affiliation et la vente de mes guides pratiques (Livres numériques).

Voici comment fonctionne l'affiliation. À chaque fois que vous cliquez sur les liens de ce site vers mes boutiques partenaires, par exemple depuis mes pages de tests ou bien sur les vignettes ci-contre, ils savent que vous venez de ma part (grâce à un bout de code dans le lien) et me reversent une petite commission sur l'ensemble de votre panier (mon conseil d'achat ainsi que toutes vos emplettes dans cette boutique). Rien ne vous empêche donc de penser à mon site lors de vos

 

achats vers ces magasins en ligne même si vous ne souhaitez pas acheter un écran ou une sonde !

 

... Et comment participer !

Voici ma proposition : quand vous ne savez pas comment me remercier pour la gratuité de son contenu, pensez à passer par mes liens pour acheter dans ces différentes boutiques partenaires car elles jouent le jeu !

 

   
   
   

 

Enfin, j'essaie de travailler le plus possible avec des sites mettant en avant une éthique sociale dans leur entreprise (J'ai bien dit j'essaie !). Dans tous les cas, je m'efforce de vous offrir un choix varié de possibilités pour participer à cette aventure qui a commencé en avril 2002 !

 

Informations légales

Les informations légales sont accessibles sur ma page Mentions légales - Me contacter...

 
 

 

     

 

 

Retour en haut



 

Plan du Site  |   À propos  |   Mentions légales