Sommaire > Comment bien imprimer ses photo ? 1 / 3
 

Imprimer avec Photoshop

 

Comment bien imprimer soi-même ses photos ?

Publié le 20 avril 2020   |  Mis à jour le 14 mai 2020

 

Pour bien imprimer ses photos soi-même il faut - idéalement - trois ingrédients : calibrer son écran avec certaines valeurs cibles, son imprimante et avoir un poste de contrôle du tirage, idéalement avec un éclairage "standardisé". Voyons tout cela en détail maintenant...


Sur cette page je souhaite vous faire part de mes conseils pour mettre en place un bon "softproofing" c'est-à-dire une chaîne d'impression qui permette d'avoir un résultat final fidèle à vos attentes, sans gâchis de papier. Nous allons donc étudier en détail les trois ou quatre étapes qui vous permettront, presque à coup sûr, d'avoir un tirage fidèle à votre intention et donc proche de ce que vous avez sur votre écran. Si vous avez lu quelques pages de ce site vous savez maintenant que cela passe par un calibrage de votre chaîne graphique. Cela rendra votre travail infiniment plus facile et vos résultats moins aléatoires mais je vais essayer également de vous donner des conseils que d'aucun pourra utiliser, j'espère, à bon escient, même si vous n'avez pas encore calibré votre chaîne graphique... C'est parti !

 

 

Tout commence par l'affichage de votre photo : comment régler et calibrer son écran lorsqu'on imprime soi-même ses photos ?

L'image affichée doit ressembler au plus près à votre tirage donc comment pouvez-vous vous assurer que votre écran est correctement réglé ? Faut-il partir du tirage et ses propriétés ou avancer au doigt mouillé !?

   
 

1 - Au commencement, il y a le tirage

Pendant longtemps, sans le savoir, nous réglions nos écrans pour obtenir une bonne correspondance écran / tirage. Il n'y avait donc pas de question à se poser. Mais avec l'avènement de nouvelles pratiques dans la diffusion des images (Web, réseaux sociaux) ou une utilisation plus polyvalente tournée de plus en plus vers la vidéo, nos besoins ont changé et le choix des valeurs cibles lors du calibrage ou le simple réglage de nos écrans ont changé également. Il n'est plus rare de voir des écrans calibrés avec deux profils (donc deux étalonnages) pour convenir à ces deux usages différents.

Ici, nous allons nous intéresser de plus près aux propriétés des tirages pour savoir comment régler notre écran...

1 - La blancheur du papier - Selon la blancheur de votre ou vos papiers préférés - si vous avez une préférence marquée - alors il pourra être pertinent de calibrer votre écran en faisant attention à la température de couleur de votre point blanc.

 

Papiers photo
Selon la quantité d'azurants optiques, nos papiers photo peuvent être plus ou moins jaunes (chauds) ou carrément blancs !

 

Mon conseil à propos de la température de couleur du point blanc de votre écran - Si votre papier est bien blanc préférez un illuminant D65 - 6500K - et si votre papier préféré est plus chaud (sans azurant optique) alors essayez de le calibrer en dessous de 6000K. Comme toujours et comme je le répéterai à chaque fois, faites des essais pour trouver votre réglage idéal à VOUS. Je ne vous donne que des pistes à explorer.

2 - La Dmax de votre papier - La Dmax d'un papier mesure la profondeur maximum des noirs après impression. Par extension, on peut en déduire son contraste donc la différence de luminance entre le blanc du papier et le noir le plus profond imprimé par votre couple imprimante/encre noire et si l'on va jusqu'au bout de la démarche, on peut en déduire le contraste que devrait avoir notre écran pour faire un bon softproofing même si on n'a pas Photoshop. Mais pourquoi "si on n'a pas Photoshop ? Parce que dans Photoshop, on peut faire du softproofing avec le menu "Affichage > Format d'épreuve > Personnalisé" dont je reparle plus bas. Celui-ci vous permettra d'afficher à l'écran votre image telle qu'elle devrait être une fois imprimée - À LA CONDITION - que vous ayez calibré votre imprimante. Cela fonctionne plutôt bien et permet alors de ne pas avoir à calibrer son écran avec un contraste trop bas donc gênant pour tous les autres usages de votre ordinateur.

Mon conseil pour choisir le bon contraste de votre écran si vous ne retouchez pas vos photos avec Photoshop - Pendant très longtemps le contraste natif de nos écrans était mesuré sous les 500 : 1. Or il se trouve qu'il y a une corrélation mathématique entre la Dmax d'un papier et le contraste de l'écran : D = (Log10) x C. Ainsi si l'on prend le contraste de 287 : 1 que l'on retrouve dans i1 Profiler si l'on ne souhaite pas utiliser le contraste natif de son écran, on peut calculer qu'il fait référence à une Dmax de 2,46 soit environ 2,5. Une Dmax de 2,8 correspond à un contraste de 630 : 1.

Mais à quoi correspond une Dmax de 2,5 ? Eh bien à des papiers type Gloss ou barytés. Certains papiers photo High-Gloss peuvent monter à 2,8. Pour résumer on peut donc choisir et essayer les contrastes suivants pendant le calibrage de son écran selon le type de papier photo que l'on utilise :

  • Papier mats, Canvas, texturés : Dmax autour de 1,4 / 1,8 correspondent à un contraste écran de 50 : 1.
  • Papiers Gloss ou Semi-Gloss : Dmax autour de 2,4 correspondent à un contraste de 250 : 1 ,
  • Papiers High-Gloss : Dmax de 2,8 correspondent à un contraste de 630 : 1.

Maintenant, calculons le niveau de noir qu'il faudrait choisir dans le logiciel de calibrage d'écran pour obtenir le contraste demandé. Le contraste est juste une division entre la luminance maxi et mini de l'écran donc si l'on choisit une luminance de 90 cd/m2 (nous y reviendrons plus loin), alors C = Lmaxi / soit :

  • C = 90 / 50 = Noir à 1,8 cd/m2
  • C = 90 / 630 = Noir à 0,14 cd/m2


Choisir le niveau des noirs pendant le calibrage d'un écran
Dans i1 Profiler, il est facile de choisir le niveau de noir que l'on souhaite et donc, par extension, le contraste de son écran.


Là, encore, faites des essais avec différentes valeurs de noirs. Je vous donne une indication de départ !

2 - Quelle est la "bonne" luminance d'un écran ?

Depuis longtemps, les normes internationales précisent que la "bonne" luminance pour un écran lorsqu’on souhaite faire du softproofing est de 80 cd/m2. On peut dire que l'on est dans les clous entre 80 et 100 cd/m2.

Mon conseil - Personnellement, j'ai coupé la poire en deux et je travaille à 90 cd/m2 tout le temps. J'ai un environnement de travail à peu près contrôlé (murs blancs ou gris neutre 18%, aucune fenêtre au sud).

   
Mon bureau et son mur gris derrière les écrans de retouches photo
 



3 - Quel gamut doit afficher votre écran ?

Aujourd'hui, il existe deux catégories d'écrans : ceux affichant grosso modo l'espace couleur sRVB et ceux affichant un large gamut donc grosso modo l'Adobe RVB. Si vous photographiez en noir et blanc alors peu importe bien entendu. Si maintenant vous imprimez des photos couleurs alors cette question devient importante et pour y répondre vous allez devoir répondre à deux questions :

  • Est-ce que je photographie / retouche des couleurs très saturées ?
  • Est-ce que j'ai besoin de voir ce que je fais ou bien est-ce que je sais retoucher à la pipette (valeurs RVB) ?


Si vos photos ne possèdent jamais de couleurs très saturées car ce n'est pas votre style alors il n'est absolument pas nécessaire de retoucher vos photos sur un écran large gamut. Vos photos s'afficheront exactement de la même façon sur les deux types de dalles.


 

À lire - Mes conseils pour choisir entre le sRVB, Adobe RVB et le ProPhoto  

 

 

Si vous avez photographié des couleurs saturées voire très saturées alors vous verrez davantage ce que vous faites sur un écran large gamut mais est-ce indispensable pour autant ? Bien sûr que non ! Cela dit, il faut alors savoir retoucher à la pipette. Pour résumer, on peut dire que de travailler avec un écran large gamut est confortable mais pas indispensable au sens strict.

 

 

Calibrez votre imprimante photo

Tout comme il est presque indispensable de calibrer son écran une fois bien étalonné, il est tout aussi indispensable de calibrer son imprimante si l'on veut "prévoir" sans gâchis de papier ses impressions. En fait, on pourrait s'en sortir avec un écran régler à l'œil nu - même si cela ne me viendrais pas à l'idée, soyons clair ! - mais je ne vois vraiment pas comment on peut calibrer une imprimante à l'œil. La calibrer me semble indispensable. Ce prérequis étant posé, je vous invite à lire mes pages sur le calibrage des imprimantes :


 
 

À lire à propos du calibrage des imprimantes...

- Pourquoi calibrer une imprimante ?

- Comment calibrer soi-même son imprimante photo ?

- Comment faire calibrer son imprimante ?

 
     

 

 

Cas particulier : comment faire du softproofing avec Photoshop ?

Sur une chaîne graphique calibrée, avec éventuellement un écran calibré (évidemment !) à large gamut (affichant potentiellement l'espace Adobe RVB) si vous travaillez des couleurs très saturées, notamment vers les verts, c'est possible grâce à une simulation à l'affichage. On parle alors de softproofingCette simulation visuelle de conversion n'affecte absolument pas l'image (ne change pas les valeurs RVB de votre photo) contrairement à la conversion comme on a pu le voir. Là, il n'y a aucun risque pour l'image. Il ne s'agit que d'une simulation afin de s'approcher visuellement du résultat final : l'impression (avec toutes les nuances qui conviennent dans ce cas là car la gestion des couleurs n'est pas une science exacte).  
Ainsi, on va pouvoir anticiper en partie une perte de couleur, son remplacement éventuel par une couleur moins saturée, la perte de dégradé de couleur, l'affichage des zones de l'image, etc...

Simuler l'affichage de l'image à imprimer : "Format d'épreuve" 

Si vous avez créé ou fait créer un profil ICC pour un couple imprimante / papier, il vous sera possible de "voir" par avance comment votre image va être imprimée et surtout de savoir quelles corrections lui apporter éventuellement pour corriger les faiblesses de l'impression. Pour cela vous avez un menu fort pratique : le menu "Affichage / Format d'épreuve / Personnalisé" :

 

Menu -Personnaliser les conditions d'épreuvage- de Photoshop


Mon conseil avant de commencer ! Affichez l'image à la taille réelle d'impression. C'est ainsi que vous aurez la meilleure configuration de comparaison. Pour cela, allez dans le menu "Affichage > Taille d'impression".

Commencez par choisir le profil du périphérique de simulation (non générique si possible donc créé par vos soins ou par un professionnel) dans la liste déroulante (1). Ensuite, après avoir vérifié que le bouton d'Aperçu était bien coché, choisir alternativement le mode de rendu Perception et relative (2). (Les deux autres ne nous intéressent pas). Par comparaison alternative, vous allez parfois percevoir des différences. Ce n'est pas systématique. Cela dépend de la photo, de la saturation de ses couleurs et bien sûr de votre écran et notamment son gamut. Ensuite, validez sur OK. Ensuite, cochez bien "Compensation du point noir" et j'aime bien cocher "Simuler la teinte du papier". C'est avec cette option que j'obtiens, chez moi donc avec mon éclairage standardisé dont je reparle plus bas la meilleure correspondance écran / tirage.

Note ! Ne pas cocher "Conserver les valeurs RVB", qui de toutes façons rendraient impossible le choix du mode de rendu.

L'image à l'écran change d'aspect MAIS pas de profil ??? Si, si : regardez en bas à gauche ! C'est bien une simulation. Le profil de l'image ne change pas. Pour vérifier que vous êtes bien en affichage "Profil imprimante" il suffit de regarder dans la barre de titre de l'image :



RVB/8/EPSON-7800_Traditional_1440_D50 : je suis en train de travailler une image dans mon espace de travail, l'image est en sRGB et je simule à l'affichage une impression sur mon imprimante 7800, papier baryté Traditional Epson à 1440 dpi et avec un illuminant D50.


Affichez alternativement votre simulation d'impression : avec/sans le profil d'impression

Par des allers/retours grâce au raccourci clavier - CMD + Y ou CRTL + Y - je peux passer très vite d'un affichage avec / sans simulation. Je peux aussi y avoir accès par la barre de menu : " Affichage / Couleurs de l'épreuve".
Comme je continue de travailler mon image dans son espace d'origine donc ici assez large, je peux réaliser des retouches très subtiles et précises sans dégrader mon fichier. Bien sûr que l'image finira par être convertie avec le profil de l'imprimante mais cela pourra se faire au tout dernier moment et après certaines corrections par anticipation. L'espace colorimétrique d'une imprimante étant un espace non neutre car de périphérique, il faut travailler l'image le plus longtemps possible dans l'espace Adobe RVB, sRGB ou encore ProPhoto RGB. Grâce à cette simulation d'affichage le travail est largement facilité. Avec le raccourci clavier - CMD + Y ou CRTL + Y - il suffit de passer d'un environnement à un autre en apportant les retouches à votre image "EPSON 7800" pour qu'elle s'imprime au plus proche de l'image d'origine. Il ne doit rester qu'un minimum de différences entre l'image RVB et l'affichage RVB / Pro 7800. Au passage, je vous conseille d'utiliser les calques de réglages pour faire cette opération.

Afficher les couleurs non imprimables

Enfin, par un troisième menu du Menu affichage, le menu "affichage/couleurs non imprimables" (CMD + MAJ + Y ou CRTL + MAJ + -Y) il est possible d'afficher sur votre écran deux choses :

  • Les couleurs non imprimables par votre ensemble imprimante/papier
  • et également les couleurs non affichables par votre écran.

Commencez par choisir le profil d'impression à simuler comme expliqué ci-dessus. Toutes les parties de votre photo non imprimables vont apparaître grisées :


Couleurs non imprimables de Photoshop
Toutes les couleurs non imprimables pour CE profil d'impression donc CE papier, CETTE imprimante et CE mode de conversion apparaissent en grisé dans Photoshop. Très pratique. Sur un écran calibré, il est même parfois possible de voir par quelles couleurs moins saturées, ces couleurs hors gamut donc trop saturées pour ce couple vont être remplacées.

   
 
 

À propos des couleurs soi-disant non imprimables !

Il n'existe pas de couleurs "réellement" non imprimables. Elles sont bien évidemment remplacées par les couleurs les plus saturées et les plus proches que votre imprimante sait reproduire.


Affichage des couleurs non imprimables de Photoshop


Or l'affichage des couleurs dites "non imprimables" dans Photoshop a un gros défaut : elles sont toutes surlignées avec le même gris (photo ci-dessus), sans nuance, donc sans vous informer sur l'écart réel qu'il y a entre la couleur souhaitée et la couleur imprimée donc sur la "perte" potentielle. Est-ce que la couleur non imprimable ne l'est pas pour 1%, 10% ou encore 20% de saturation en trop ?

Autant vous dire que si telle couleur n'est pas imprimable à hauteur de 5% c'est-à-dire que cette couleur perdra 5% de saturation à l'impression lorsqu'elle sera remplacée par la couleur la plus proche dans l'espace des couleurs reproductibles, vous allez peut-être vous faire mal aux yeux au jeu des 7 différences. Et pourtant elle est surlignée avec le même gris neutre que si cette différence était beaucoup plus importante.
En dessous de 15/20%, sans comparaison côte à côte, il est très difficile de percevoir cette dé-saturation car elle n'a lieu, je le répète, que sur les couleurs les plus saturées. Toutes les autres restent absolument inchangées (en mode relatif du moins). Et même en mode perceptif, elles sont modifiées mais vraiment à la marge.

Voilà comment une fonction intéressante mais implémentée "basiquement" peut impressionner un débutant voire plus (!) et lui laisser croire qu'il va "perdre" des choses alors que certaines couleurs seulement - celles hors gamut donc très saturées de cette couleur - vont éventuellement être reproduites, un poil moins saturées qu'il aurait fallu. Que la couleur saturée sorte du gamut d'impression pour 1% ou pour 100%, elle est "marquée" avec le même gris !

 
     
   
  Par "détournement", il est même possible comme je l'ai lu sur le site de Christophe Métairie (Merci pour cette astuce !) d'afficher les couleurs non affichables cette fois. Il suffit de sélectionner non pas un profil d'impression mais le profil de son écran. À ce moment vous matérialisez la difficulté du softproofing car certaines couleurs saturées sont elles-mêmes non affichables !!!

 

 

Imprimer ses photos (exemple avec Photoshop)

Note importante ! Je vais utiliser Photoshop pour faire mes tirages car ce logiciel intègre parfaitement la gestion des couleurs donc l'usage des profils ICC lors du softproofing (ci-dessus) et lors d'une impression avec une imprimante calibrée.


 
 

À lire à propos de l'impression des photos avec...

- Imprimer avec Photoshop

- Imprimer avec Lightroom

- Imprimer avec Photoshop Element

 
     

 

L'impression d'une image dans Photoshop se fait grâce au menu Fichier > Imprimer (CMD + P ou CRTL + P). Cette fenêtre possède plusieurs parties distinctes dont celle qui nous intéresse ici : "Gestion des couleurs" Figure ci-dessous :

   
 

Copie d'écran de Photoshop CC.

 

 

Dans cette partie du menu impression, on retrouve les deux champs importants :

1 - Traitement des couleurs - Dans le menu déroulant choisir l'option "Laisser Photoshop gérer les couleurs". Si vous choisissez l'autre option, je ne réponds plus de rien !!!

Attention ! Le point d'exclamation vous signifie que c'est bien Photoshop qui prend la main pour effectuer les conversions entre l'espace couleur de l'image et celui de l'impression donc il faut absolument vérifier que  la gestion des couleurs dans le driver de l'imprimante est bien désactivée. 

3 - Profil de l'imprimante - Choisir dans la liste votre profil ICC d'impression pour cette imprimante, ce papier, etc.

4 - Mode de rendu - C'est là qu'il faut faire travailler modestement votre mémoire et vous rappeler quel était le mode de rendu qui convenait le mieux pour CETTE photo entre le rendu perceptif et relatif avant de lancer l'impression.

5 - Compensation du point noir - Cochez cette option (sauf en mode de rendu perceptif car cela ne sert à rien). À cause du manque de dynamique du couple imprimante/papier, quelques gris très foncés (proches du noir) de votre image risquent d'être imprimés avec le noir de votre imprimante, sans distinction comme dans l'original. Vous perdez ainsi quelques nuances très foncées par rapport à votre photo. Pour compenser cela, Adobe a inventé la fonction "Compensation du point noir".  Cochez donc bien cette option ! 

Une dernière précaution à moins que cela ne soit déjà fait : ne pas oublier d'ouvrir le panneau de propriétés du pilote de l'imprimante (dans la partie "paramètres d'impression" du menu Imprimer avec Photoshop, un peu plus haut) pour choisir les bons paramètres d'impression. Ceux-là mêmes qui ont servi pendant la création de ce profil d'impression. En général, les points importants à vérifier car très importants pendant l'impression de la mire de calibrage DONC pendant l'impression de votre photo :

  • Désactiver - mais normalement c'est fait automatiquement - la gestion des couleurs de l'imprimantePrimordial !
  • Choisir le bon type de support papier - la marque importe assez peu mais le type : papier Premium brillant, mat, Canson épais est très important car il détermine le taux d'encrage. 
  • Choisir la finesse d'impression : souvent entre 720 et 2880 dpi (cela n'a rien à voir avec la finesse d'impression comme je l'explique dans mon "guide des DPI - 116 pages")
  • Vitesse, détails plus fins, etc.
  • Sans oublier... de mettre le bon papier dans l'imprimante ! 


Exemple avec le driver de l'imprimante Epson 7800 :

   
  Options d'impression des imprimantes Epson Photo

1 - Imprimante - Choisir le modèle d'imprimante dans votre liste d'imprimante.

2 - Choisir le bon support papier - le même que celui qui a servi pour imprimer la mire de calibrage de ce couple imprimante / papier si vous avez calibré votre imprimante.

Attention !  Ce choix détermine uniquement le taux d'encrage. Si vous utilisez du papier de la marque de l'imprimante, votre papier sera dans la liste déroulante. Si vous utilisez une autre marque, choisir le même type de papier que chez Epson dans cet exemple. En effet, toutes les marques possèdent les "mêmes" gammes de papier : brillant Premium, mat Archival, baryté, etc.

3 - Paramètres couleurs - Bien désactiver la gestion des couleurs de l'imprimante - si ce n'est déjà fait automatiquement - sinon cela ferait double emploi avec celle de Photoshop.

Note d'utilisation : si vous avez bien choisi le menu "Laisser Photoshop gérer les couleurs" alors la gestion des couleurs de l'imprimante est bien désactivée. 

Comment choisir ?  Le moteur de conversion dans le cher Photoshop est simplement le meilleur actuel. Voilà aussi pourquoi Photoshop peut sembler coûteux et pour moi cela a toujours été un critère déterminant qui justifie grandement ce coût.

4 - Qualité - Choisir la même finesse d'impression que lors de l'impression de la mire. J'ai même créé deux profils à 1440 dpi et 2880 dpi mais je vous avoue ne pas être certain qu'il y ait une différence.

Note personnelle ! En 2020, je ne m'embête même plus, je ne fais qu'un seul profil à 1440 dpi.

Vous pouvez également choisir la vitesse sans que, selon moi, cela ait une influence sur le calibrage. Mais notez que je ne cochais jamais "Détails plus fins" car j'avais un bug sur mon ancienne 7800 Epson quand j'imprimais mes panoramas en très long.

5 - Convertir ou pas avec le profil ICC d'impression ? - Comme on l'a vu page précédente, il ne faut pas convertir l'image avant de lancer l'impression dans Photoshop car cette conversion se fait directement dans ce menu - illustration ci-dessous -. La simulation d'affichage que nous venons de faire nous permet juste de savoir quel mode de conversion est idéal pour cette photo. Il faut donc le retenir pour la suite...

 

 
 

À lire - Mon guide complet et pratique des DPI - 116 pages

Le guide complet et pratique des DPI - 116 pages - Arnaud FrichCe guide complet des DPI de 116 pages (5 chapitres + annexes pratiques) détaille les nombreux aspects des dpi (Tirages jet d'encre, impressions offset, 3 x 4, écrans, etc.) et leur utilisation au quotidien - En savoir plus

 
   

 


Comment éclairer son tirage ?

Si nous avons étalonné et calibré notre écran autour de 80/90 cd/m2 alors nous avons sous les yeux notre valeur de référence. Notre tirage doit donc lui ressembler. Reste à savoir comment l'éclairer et comment "bien" le comparer avec l'image de référence ?

Avec quel éclairage ?

La question de l'éclairage de notre tirage afin de le comparer à notre photo affichée à l'écran est sinon primordiale au moins essentielle ! Deux critères sont importants :

  • Sa température de couleur,
  • Sa luminosité (luminance).

Idéalement, nous comprenons que cette lumière devrait être "standardisée". Si nous utilisons l'éclairage de notre pièce auquel on n'a pas prêté attention, il aura probablement l'avantage de ressembler à celui de Monsieur et Madame tout le monde mais il ne sera sûrement pas assez précis pour savoir d'où viendrait un problème éventuel (Tirage trop sombre, couleurs pas assez ceci ou cela...). Cela dit, si vous êtes satisfait de votre chaîne graphique, vous n'êtes pas obligé de lire la suite.

Mon conseil ! Maintenant, on peut donc être tenté d'utiliser un éclairage standardisé comme une cabine de contrôle Just-Normlicht (malheureusement assez coûteuse), la lampe et l'ampoule lumière du jour (IRC 95) de Christophe Métairie ou encore une lampe de bureau GrafiLite 2 en test sur ce site. Personnellement, c'est cette dernière que je conseille et que j'utilise.

Mon bureau et ma lampe GrafiLite 2 pour éclairer mes tirages
 

Ainsi, dans mon bureau, je règle ma GrafiLite 2 sur 5000K et le deuxième niveau d'intensité lumineuse, pour un résultat vraiment fiable avec mon écran calibré à 80 cd/m2.

Comment analyser un tirage bien éclairé ?

Lorsque l'on regarde attentivement un tirage pour savoir s'il est correctement imprimé, on va faire attention à deux choses : ses couleurs et sa luminosité. Si vous utilisez la GrafiLite 2 cela sera vraiment simple sinon, il faudra que vous trouviez chez vous un éclairage qui permette de voir sur votre tirage tout ce que vous voyez sur votre écran de la même façon.

Mon conseil ! Sur la photo d'exemple ci-dessous, je vais surtout faire attention aux parties sombres de mon image (entourées en bleu) :



Repérez une partie sombre mais pas bouchée sur votre photo test afin de trouver le "bon" éclairage pour votre chaîne graphique.


La colorimétrie du tirage

Comme je l'ai écrit à plusieurs reprises sur ce site, il est essentiel d'avoir à l'esprit que la gestion des couleurs n'est pas une science exacte et que, surtout, tous nos appareils ne savent pas reproduire les couleurs de la même façon. Il y aura donc vraisemblablement des différences entre votre tirage et votre image à l'écran, d'autant plus que vous aurez un écran affichant "seulement" le sRVB et que votre image contient des couleurs saturées. Ces couleurs sont dites hors gamut. Il faut donc savoir "lire entre les lignes" lorsque l'on fait une comparaison tirage / photo à l'écran.

Mon conseil ! Pour cela, regardez attentivement votre tirage et repérez les couleurs "normalement" saturées. Celles-ci doivent tout aussi "normalement" être correctement reproduites. Si c'est le cas et que les différences ne s'observent que sur les couleurs les plus saturées - qui ont alors de bonnes chances d'être plus saturées sur votre tirage que sur votre écran si vous avez imprimé sur papier Gloss ou baryté - alors vous serez dans les "clous" !



Sur cette photo, seul le ciel bleu est réellement saturé donc peut être affiché différemment sur votre écran. Les autres couleurs, pourtant colorées, sont finalement "normalement" saturées !

 
 
 

À retenir !


Il est tout à fait possible d'imprimer ce que l'on voit - dans les limites du matériel que nous utilisons si on calibre toute sa chaîne graphique et que l'on utilise un éclairage standardisé.

Le calibrage de l'écran doit se faire autour de 80/90 cd/m2 et pas forcément avec un trop fort contraste.

Le calibrage de l'imprimante est peut-être le plus important !

Utilisez, si vous retouchez vos photo dans Photoshop, le menu Affichage > format d'épreuve si pratique.

Vérifier s'il faut choisir le mode de rendu Relatif ou Perceptif grâce à la géniale fonction "Affichage / format d'épreuve" également.

 De même, pensez à afficher les couleurs non imprimables grâce à l'autre fonction pratique : "Affichage/couleurs non imprimables". Cette fonctionnalité manque de précision donc elle peut faire inutilement peur ou impressionner car elle a un côté on/off. Elle n'indique pas si les couleurs non imprimables le sont à peine ou franchement.

 Si vous souhaitez des dégradés et des modelés, dans les cieux notamment, les plus beaux possibles choisissez la résolution d'impression maximale (2880 dpi pour les imprimantes Epson ou Canon). C'est subtil mais, personnellement, je vois la différence et je préfère nettement. Je rappelle puisque je l'explique en détail dans mon PDF sur les dpi que cela ne joue pas sur la finesse du point d'impression mais bien sur la précision avec laquelle l’imprimante place les gouttelettes d'encre les unes à côté des autres.

 Les dpi de l'imprimante n'ont rien à voir avec les dpi (ppp) de l'image. Si vous souhaitez imprimer une photo à 240 dpi, les dégradés seront plus beaux si vous l'imprimez à 2880 dpi (imprimante) qu'à 1440 et a fortiori 720 dpi.   De même qu'ils seront plus beaux à 240 dpi (image) qu'à 120 dpi.

 Au delà de 240 dpi pour une impression jet d'encre, je ne vois pas de différence mais à partir de 200 dpi je commence à la percevoir si je me rapproche du tirage. 300 dpi ne servent que pour l'impression offset chez l'imprimeur mais n'apporte rien en impression jet d'encre. 

 Pensez à bien cocher le bouton : compensation du point noir et simuler la teinte du papier si vous imprimez en choisissant le mode de conversion relative. Les noirs seront plus denses et beaux car ils seront adaptés à VOTRE papier.

 
     
 
 
À travers ces 3 pages je vais partager avec vous tous mes conseils pour bien imprimer vos photos vous-même ou à distance.

- Bien imprimer ses photos soi-même
1 - Tout commence par l'écran
2 - Calibrer son imprimante
3 - Simuler une impression : le softproofing
4 - Menu Imprimer de Photoshop
5 - Éclairer le tirage
6 - À retenir...
- Comment éclairer ses tirages photos ?

- Faire imprimer ses photos - Bientôt...

- Les bases de la couleur - 11 pages
- Mon guide des DPI - Livre 116 pages
- Mes vidéos gratuites sur ma chaîne Youtube


 

Calibrez votre imprimante avec le meilleur
rapport qualité/prix actuel : l'i1 Studio !

Lire mon test complet...

399,00 €

"Comprendre et bien utiliser les DPI"
Livre numérique - pdf 116 pages

En savoir plus...

12,90 €

   
 

 

     

 

 

 

     
 

 

       

Depuis avril 2002 ce site vous propose...
 

Ce site dédié à la gestion des couleurs pour les photographes et les vidéastes, débutants ou professionnels, visité par plus de 450 000 personnes par an, propose d'une part de vous aider à comprendre et mettre en pratique facilement la gestion des couleurs de vos photos et d'autre part vous aide à faire les meilleurs investissements grâce à plus de 100 tests matériels ou logiciels et ce, depuis avril 2002 ! Il est le fruit d'un patient travail et d'une longue expérience partagés par un photographe professionnel mais surtout passionné !

 

D'où proviennent les produits testés ? Mes tests sont-ils sans complaisance ?

Tous les produits dont je parle sur ce site ont été testés par mes soins soit à la suite d'un achat personnel, d'un prêt amical, pendant une formation chez un client ou bien encore suite à un prêt constructeur.
Dans tous les cas je choisis les matériels que je veux tester et même si certaines marques sont parfois "déçues" par mes conclusions, elles me remercient pour la précision de mes remarques qui feront avancer leurs futurs produits. Donc les choses bougent et mon avis impartial est de plus en plus apprécié... Si j'en crois vos mails, vos marques de confiance et même certaines marques.

 

Vous me demandez souvent comment ce site est financé puisque son contenu est gratuit...

Voici comment je fais, historiquement depuis 2002, pour vous permettre d'y contribuer en toute simplicité : l'affiliation et la vente de mes guides pratiques (Livres numériques).

Voici comment fonctionne l'affiliation. À chaque fois que vous cliquez sur les liens de ce site vers mes boutiques partenaires, par exemple depuis mes pages de tests ou bien sur les vignettes ci-contre, ils savent que vous venez de ma part (grâce à un bout de code dans le lien) et me reversent une petite commission sur l'ensemble de votre panier (mon conseil d'achat ainsi que toutes vos emplettes dans cette boutique). Rien ne vous empêche donc de penser à mon site lors de vos

 

achats vers ces magasins en ligne même si vous ne souhaitez pas acheter un écran ou une sonde !

 

... Et comment participer !

Voici ma proposition : quand vous ne savez pas comment me remercier pour la gratuité de son contenu, pensez à passer par mes liens pour acheter dans ces différentes boutiques partenaires car elles jouent le jeu !

 

   
   
   

 

Enfin, j'essaie de travailler le plus possible avec des sites mettant en avant une éthique sociale dans leur entreprise (J'ai bien dit j'essaie !). Dans tous les cas, je m'efforce de vous offrir un choix varié de possibilités pour participer à cette aventure qui a commencé en avril 2002 !

 

Informations légales

Les informations légales sont accessibles sur ma page Mentions légales - Me contacter...

 
 

 

     

 

 

Retour en haut



 

Plan du Site  |   À propos  |   Mentions légales