Sommaire > Calibrer son écran 1 / 8
 

Calibrage d'un écran avec un colorimètre

 

Calibrer son écran : pourquoi effectuer le calibrage ou la calibration de son écran ?
Publié le 15 avril 2015   |  Mis à jour le 09 décembre 2019

 

Tout simplement parce que la calibration - ou plutôt le calibrage - de votre écran indispensable ! Et pourquoi donc ? Parce que c'est le point de départ du travail de vos images, que vous voulez le meilleur pour elles et, surtout, que vos yeux sont bien incapables de vous aider fidèlement dans cette tâche. Si vous n'êtes pas convaincu avec ça !


Faites-vous au moins ce cadeau : effectuez le calibrage de votre écran (la calibration de votre écran mais c'est un anglicisme) avec une sonde d'écran, un colorimètre. Vous n'avez pas idée à quel point cela changera votre façon de travailler ! Aux prix qu'ils coûtent aujourd'hui, il n'est plus possible de ne pas en acquérir un !
Absolument INDISPENSABLE pour qui travaille des images sur ordinateur, le calibrage de l'écran ne peut malheureusement se faire efficacement sans une sonde de calibrage - un colorimètre - vendue avec son logiciel de création de profils ICC. Les prix ont beaucoup baissé puisque les sondes entrée de gamme  Spyder5Express  (que Datacolor ne semble pas reconduire en 2019 avec sa nouvelle série SpyderX) ou Colormunki Smile (de la marque X-Rite mais que je ne recommande pas) coûtent 120 € maintenant et les versions dites "Pro" coûtent à peine plus cher soit environ 130/180 euros. C'est un excellent rapport qualité/prix. Les références aujourd'hui que sont les sondes  i1Display Pro d'X-Rite ou la  SpyderX Elite de Datacolor coûtent entre 209 et 269 € TTC. Cela ne me semble vraiment pas très cher au regard du prix du matériel de prise de vue numérique et des sommes, parfois importantes, englouties dans les cartouches d'encre et de papier ou encore des ordinateurs, pour les services que cela rend.

Le calibrage d'un écran - on emploie souvent le terme anglais calibration d'écran - se fait en fait en deux étapes :

  • Le calibrage (donc calibration) à proprement parler,
  • la caractérisation ensuite.

C'est lors de cette deuxième étape seulement qu'est créé le profil ICC de l'écran - de votre écran - après avoir relevé les caractéristiques du moniteur ou de l'écran. Dans un premier temps, je vais expliquer ces deux termes. Même si je vais insister sur le calibrage avec un colorimètre, dans une deuxième partie j'expliquerai pourquoi ce n'est pas seulement indispensable mais aussi très différent de calibrer son écran à l’œil nu ou à l'aide d'un tirage. Ensuite, page suivante, j'aborderai la question du comment, même si l'on n'a pas de sonde, et sur la quatrième page, je passerai en revue presque toutes les colorimètres du marché et je finirai par une page récapitulative ou je donne mes conseils d'achats de sondes par catégories de matériel : ordinateur portable, iMac, iPad, ordinateur de bureau classique, Art Graphique.

   
 

 
 

 

 

La problématique ?

Calibrer un écran consiste à effectuer quatre réglages TRES IMPORTANTS et... un choix important ! 

  • D'une part régler celui-ci pour qu'il affiche un bon niveau de luminosité et un bon contraste,
  • d'autre part neutraliser les petites dominantes donc les défauts d'affichage de l'écran,
  • faire en sorte qu'il affiche la plus large gamme de couleurs possible (son gamut),

En aucun cas ces réglages ne peuvent se faire à l’œil nu car l’œil, s'il est un excellent comparateur, est très mauvais dans l'absolu. Nous verrons comment essayer tout de même de calibrer sans écran sans sonde sur une autre page...

1 - Corriger les dominantes et optimiser la gamme des couleurs

Écran calibré / non calibréComme on l'a vu sur les pages consacrées aux généralités de la gestion des couleurs, tous les appareils de reproduction des couleurs les reproduisent avec des dérives qui leur sont propres. On voudrait que l'écran affiche un gris parfaitement neutre et il affiche un gris avec une très légère dominante comme sur la photo ci-contre, sans compter les défauts de l'imprimante, etc. Le calibrage ou la calibration d'un écran va consister à envoyer vers celui-ci une série de signaux RVB dont on connaît précisément la couleur absolue (donc les valeurs XYZ dans l'espace CIE XYZ ou L*a*b* dans l'espace L*a*b*) et de mesurer avec une sonde de calibrage ou de calibration - un colorimètre - comment il les affiche réellement. Pour prendre un exemple : si j'envoie un signal RVB du type 128, 128, 128 vers un écran non calibré, il y a très peu de chance qu'il affiche un gris parfaitement neutre (même s'il y a du progrès depuis 2012). Il est fort probable qu'il affichera un gris avec une légère dominante colorée (rougeâtre, verdâtre etc.). La sonde va mesurer cette "vraie" couleur affichée (donc sa valeur L*a*b*) et placer l'information dans un petit fichier spécial :  le profil ICC de cet écran. Avec ce profil ICC ainsi créé, Photoshop, par exemple, saura quel signal RVB corrigé donc R'B'V' envoyer vers cet écran pour qu'il affiche la bonne couleur L*a*b*, ici un gris vraiment neutre, en tenant compte de ses défauts. Quand je voudrai afficher ce gris neutre sur cet écran, dorénavant, la carte graphique devra lui envoyer un signal du genre - 124, 128, 128 - pour tenir compte de sa caractéristique (de ses défauts), qui est en l'occurrence un défaut dans les rouges. En faisant tout cela, l'écran affichera la plus large gamme de couleurs possible, d'autant plus que vous réglerez avec finesse l'étape suivante à l'aide de la même sonde.

   
  Dégradé de gris typique que l'on observe sur un écran entrée ou moyen de gamme avant calibrage : il y a plusieurs dominantes colorées différentes selon le sniveau de gris. C'est impossible à corriger sans sonde de calibration !
 

2 - Régler la luminosité de l'écran

Note importante ! Ce point est surtout capital pour ceux qui souhaitent une bonne correspondance entre leur écran et leurs tirage donc ceux qui impriment leurs photos.

Réglage de luminosité sur un iMac ou un iMac ProUn point souvent également négligé est le réglage de la luminosité de l'écran de telle sorte que la luminosité de la photo à l'écran soit proche de celle de la photo imprimée. Ce réglage ne peut se faire à l'œil nu, comme pour la correction des dominantes, et nécessite donc une sonde de calibrage (ou une sonde de calibration, c'est comme vous voulez !) qui va mesurer précisément le vrai niveau de luminosité de l'écran selon les directives que vous aurez données au logiciel. C'est la phase d'étalonnage.
De la même manière, si vous ne faites que partager vos photos en ligne (site Internet, blog, réseaux sociaux, etc.) alors il ne faut pas non plus être trop éloigné des réglages écran de ceux qui admirent vos photos. 160 cd/m2 maxi me semble une bonne idée.

3 - Régler le contraste de l'écran

Un dernier point souvent négligé également est le réglage du contraste de l'écran. Le réglage du contraste sert à régler le niveau du noir le plus sombre de votre écran. Cela peut donc poser un vrai problème pour le calibrage des écrans d'ordinateurs portables qui ne possèdent jamais ce réglage. La sonde doit donc automatiquement s'en charger... normalement !

Un conseil ! Si vous travaillez essentiellement pour Internet ou que vous ne rechignez pas à regarder un épisode sur Netflix, choisissez toujours : "Contraste natif" qui vous offrira le contraste maximum qu'est capable de fournir votre écran. En revanche, si vous imprimez régulièrement ou que vous cherchez une bonne correspondance écran/triage, choisissez "Contraste 287:1" quand c'est possible. Cette valeur ne sort pas de nulle part ! Il s'agit du contraste que l'on relève sur un tirage en mesurant la différence de contraste entre les noirs de l'encre et la blanc du papier (ce que l'on appelle la DMax). Il n'est jamais important, même sur papiers Gloss.

4 - Tous les écrans sont-ils égaux ?

Je vous invite à lire cette page où je vous donne des conseils d'achat, mon avis sur les critères de choix (surtout de technologie d'écran pour ce qui concerne les photographes) ainsi que ma vision des choses...

Tous mes conseils pour choisir votre écran de retouche photo - 8 pages - Mis à jour en novembre 2019    

Voyons maintenant les deux étapes du calibrage de l'écran que sont le calibrage (calibration en anglais) et la caractérisation donc le relevé de ses caractéristiques colorimétriques précises.

 

 

Le calibrage et la caractérisation

Comme on l'a évoqué à plusieurs reprises maintenant, le processus de calibrage est en fait un processus qui a lieu en deux étapes : un étalonnage puis une caractérisation (sauf exceptions comme l'iPad).

Le calibrage (la calibration) ou l'étalonnage de l'écran

Réglages de l'écranPour s'assurer que l'appareil de reproduction des couleurs qu'est un écran fonctionne dans des conditions optimales, il faut d'abord le calibrer ou plutôt l'étalonner, c'est-à-dire qu'il faut optimiser son fonctionnement de base et le placer dans des conditions de travail connues et si possible stables. Avec l'écran, outil de la chaîne graphique qui nous préoccupe sur cette page, le calibrage sert à fixer une bonne fois pour toutes :

  • La luminosité maxi - point blanc - de l'écran;
  • Le contraste;
  • Le gamma;
  • La température de couleur - en Kelvins -;
  • Et éventuellement la luminosité mini - le point noir -.

Cette opération également appelée étalonnage peut se faire de deux manières différentes selon la qualité de l'écran que l'on a acheté mais toujours à l'aide de la sonde :

  • Avec un écran qualifié de non "art-graphique" c'est-à-dire presque tous les écrans, cela se fait par l'intermédiaire des touches Menu de l'écran  et de la sonde qui sert pendant cette étape d'outil d'étalonnage. Une série de fenêtres colorées (RVB + d'autres mélanges de couleurs) apparaît à l'écran pour permettre ce calibrage. Un des points les plus importants est de savoir si le logiciel offre la possibilité de contrôler précisément la quantité de lumière qu'il doit émettre, au maximum et au minimum. On observe deux cas de figures : si vous imprimez vos photos et si vous diffuser vos photos uniquement sur Internet. Dans la premier cas, celle-ci devrait être idéalement proche de 80/100 candelas au m², selon l'environnement lumineux dans lequel vous travaillez, afin que la luminosité de votre tirage soit très proche de la luminosité de votre photo sur votre écran. Or ceci ne peut se faire qu'à l'aide d'un appareil de mesure. L'œil humain en est absolument incapable sans élément de comparaison.
  • Avec un écran dit "art-graphique", il suffit de fixer ces quatre valeurs cibles dans un menu du logiciel et de lancer tout simplement le calibrage qui se fait alors automatiquement (la caractérisation se fait dans la foulée). 

À noter qu'une fois l'écran caractérisé - c'est-à-dire "profilé" -, il ne faudra surtout pas retoucher à ces réglages sinon, il faudrait refaire la caractérisation, donc recréer un autre profil ICC pour ces nouvelles conditions de calibrage ou d'étalonnage.

La caractérisation

Sonde de calibration d'écranC'est pendant cette deuxième étape qu'est réellement créé le profil ICC de l'écran, compte tenu des réglages qui ont été optimisés à l'étape précédente, c'est-à-dire pendant le calibrage ou l'étalonnage. On va maintenant mesurer les caractéristiques couleurs du moniteur placé dans des conditions de fonctionnement "idéales" ou en tout cas connues et précises (Idéales sous entend que l'on aurait alors plus besoin de "profiler" l'écran). Le logiciel de calibrage envoie alors une série de signaux RVB vers l'écran et les couleurs réellement affichées sont analysées et comparées aux couleurs idéales - L*a*b* - du Consortium ICC grâce à la sonde d'écran - un colorimètre ci-contre.

Attention !  Si vous faites la caractérisation avec votre œil - donc sans sonde - vous ne ferez qu'une comparaison et non une mesure. Cette étape est donc impossible avec les logiciels d'étalonnage gratuits basés sur la comparaison de patchs colorés. Le logiciel réalise donc la carte d'identité colorimétrique de l'appareil en mesurant :

  • L'espace colorimétrique qu'il est capable de reproduire par rapport à l'espace L*a*b* (on parle aussi de gamut); il est le résultat du point blanc et noir de cet écran et de la saturation maxi des filtres placés devant chaque pixel de votre écran;
  • Et comment il le reproduit - quel signal RVB pour quelle couleur L*a*b* (dit autrement comment il "déforme" les couleurs)

Très important ! Toutes les dérives des couleurs affichées à l'écran par rapport aux couleurs L*a*b* idéales vont être soigneusement notées dans ce fichier spécial, le profil ICC de cet écran. Quand la carte graphique voudra afficher telle ou telle couleur L*a*b*, elle saura exactement quel signal RVB "corrigé" lui envoyer afin qu'il les affiche correctement, en tenant compte de ses fameuses caractéristiques (ce que j'appelle trivialement ses défauts). Un fichier ICC peut donc être un fichier assez lourd car il peut contenir un nombre impressionnant d'informations. Les couleurs que peut afficher un écran sont effectivement très nombreuses - un très bon œil peut distinguer, je le rappelle près de 8 millions de couleurs dans le meilleur des cas ou pour les meilleurs paires d'yeux ! Avec l'œil, ce réglage ne peut-être qu'approximatif même si cela fait parfois illusion car le gamut d'un écran n'est pas très large - même s'il augmente avec les nouvelles technologies par néons ou LED. S'il est encore souvent proche de l'espace colorimétrique sRVB, de plus en plus d'écrans savent maintenant afficher l'espace Adobe RVB, sensiblement plus grand voire encore plus grand, ce qui justifie d'ailleurs que le matériel de calibrage change pas mal en ce moment. Beaucoup de photographes ont essuyé les plâtres avec les premiers écrans à LED, parfaitement maîtrisés aujourd'hui (printemps 2019).


Sur la page suivante, nous allons étudier comment calibrer écran : Comment calibrer un écran ? - 2 / 8  Suivre

   
 
 

À retenir !


Le calibrage de l'écran avec une bonne sonde de calibrage ou de calibration est indispensable et maintenant parfaitement abordable.

 Ne pas acheter les sondes premiers prix (Spyder3 ou 4Express ou encore Colormunki Smile) vraiment peu recommandables -  Mais avec une exception notable, la Spyder5Express qui est enfin recommandable... mais discontinuée fin 2019 - et à peine moins chères que les versions Pro ou Elite, qui elles fonctionnent parfaitement.

 L'appellation Pro ou Elite est trompeuse : il n'y a pas de sondes amateurs et de sondes pro; Il y a des sondes qui fonctionnent très bien, quelque soit l'écran, et des sondes tellement simples que le calibrage est souvent mauvais et aléatoire. Elles sont donc difficiles à conseiller. Donc "même" les amateurs doivent acheter les sondes "Pro"  !

Calibrez entre 80 et 100 Cd/m² si vous travaillez des images en vue d'une impression (et dans un environnement faiblement lumineux sinon augmentez) et travaillez à 120/160 Cd/m² si vous retouchez des images essentiellement pour Internet. Attention tout de même de ne pas régler votre écran trop lumineux même si c'est parfois très "pêchu", surtout sur les écrans HDR aux forts contrastes !

 
     
  top
 
À travers ces 8 pages de conseils et mes 12 tests complets de colorimètres je vais vous aider à bien calibrer vos écrans de bureau ou de portables, vos iMac ou vos tablettes...
 
- Pourquoi calibrer son écran ? - 1/8
  - La problématique du calibrage
- Calibrage et caractérisation ?

- Comment calibrer son écran ?
- Comment calibrer son écran sans sonde ?

- Cas particulier : calibrer sans sonde sous Windows
- Cas particulier : calibrer sans sonde sous Mac OS
- Cas particulier : calibrage iMac / iMac Pro
- Cas particulier : calibrer les portables
- Cas particulier : calibrer les tablettes et smartphones

 

- Mon guide d'achat des meilleurs colorimètres
- Mon guide d'achat des écrans 2019


 
 

Calibrez votre écran avec la remplaçante du ColorMunki Display : l'i1Display Studio !

Lire mon test...

Promo Noël 148,99 €

Calibrez votre écran avec la nouvelle sonde
Datacolor : la SpyderX PRO !

Lire mon test complet...

Promo 129,00 €

   
 

 

     

 

 

 

     
 

 

       

Depuis avril 2002 ce site vous propose...
 

Ce site dédié à la gestion des couleurs pour les photographes et les vidéastes, débutants ou professionnels, visité par plus de 425 000 personnes depuis un an, propose d'une part de vous aider à comprendre et mettre en pratique facilement la gestion des couleurs de vos photos et d'autre part vous aide à faire les meilleurs investissements grâce à plus de 100 tests matériels ou logiciels et ce, depuis avril 2002 ! Il est le fruit d'un patient travail et d'une longue expérience partagés par un photographe professionnel mais surtout passionné !

 

D'où proviennent les produits testés ? Mes tests sont-ils sans complaisance ?

Tous les produits dont je parle sur ce site ont été testés par mes soins soit à la suite d'un achat personnel, d'un prêt amical, pendant une formation chez un client ou bien encore suite à un prêt constructeur.
Dans tous les cas je choisis les matériels que je veux tester et même si certaines marques sont parfois "déçues" par mes conclusions, elles me remercient pour la précision de mes remarques qui feront avancer leurs futurs produits. Donc les choses bougent et mon avis impartial est de plus en plus apprécié... Si j'en crois vos mails, vos marques de confiance et même certaines marques.

 

Vous me demandez souvent comment ce site est financé puisque son contenu est gratuit...

Voici comment je fais, historiquement depuis 2002, pour vous permettre d'y contribuer en toute simplicité : l'affiliation et la vente de mes PDF.

Voici comment fonctionne l'affiliation. À chaque fois que vous cliquez sur les liens de ce site vers mes boutiques partenaires, par exemple depuis mes pages de tests ou bien sur les vignettes ci-contre, ils savent que vous venez de ma part (grâce à un bout de code dans le lien) et me reversent un petit pourcentage sur l'ensemble de votre panier (mon conseil d'achat ainsi que toutes vos emplettes dans cette boutique). Rien ne vous empêche donc de penser à mon site lors de vos

 

achats vers ces magasins en ligne même si vous ne souhaitez pas acheter un écran ou une sonde !

 

... Et comment participer !

Voici ma proposition : quand vous ne savez pas comment me remercier pour la gratuité de son contenu, pensez à passer par mes liens pour acheter dans ces différentes boutiques partenaires car elles jouent le jeu !

 

   
   
   

 

Enfin, j'essaie de travailler le plus possible avec des sites mettant en avant une éthique sociale dans leur entreprise (J'ai bien dis j'essaie!). Dans tous les cas, je m'efforce de vous offrir un choix varié de possibilités pour participer à cette aventure qui a commencé en avril 2002 !

 

Informations légales

Les informations légales sont accessibles sur ma page Mentions légales - Me contacter...

 
 

 

     

 

 

Retour en haut



 

Plan du Site  |   À propos  |   Mentions légales