Sommaire > Calibrage écran 2 / 5
 

Calibrage d'écran de bureau ou portable avec une sonde de calibrage

 


Comment calibrer son écran ?
Publié le 11 avril 2011 / Mis à jour le 22 avril 2018

 

Maintenant que vous êtes convaincu de l'intérêt de calibrer votre écran avec une sonde de calibrage, je vais vous aider à le faire à travers cette page et notamment vous aider à choisir les valeurs cibles (Gamma, température de couleur, luminosité...) selon que vous aurez acheté un écran moyen ou haut de gamme.


Dans la première partie consacrée au calibrage des écrans (calibration des écrans en anglais), page précédente, on a vu les notions de vocabulaire importantes que sont le calibrage ou étalonnage et la caractérisation d'autre part. Nous avons vu que ces deux étapes constituaient le calibrage au sens général. Dans cette deuxième partie, je vais essayer de vous montrer l'intérêt de calibrer son écran avec une sonde (également appelée colorimètre) et non à l’œil nu, à partir d'un tirage d'imprimante par exemple, puis vous montrez les réglages et valeurs cibles idéales pour calibrer un écran selon l'utilisation principale que vous allez en faire...

   
 

 

 

 

Calibrer avec ou sans sonde de calibrage ?

Réglons tout de suite ce problème ! C'est impossible sans sonde de calibrage car l’œil humain a deux défauts majeurs pour cela : 

  • il est incapable de connaître le niveau de luminosité d'un écran dans l'absolu or on sait qu'idéalement elle doit se situer vers 80/140 Cd/M2 selon son utilisation principale,

  • et il est incapable de "lire" une couleur L*a*b* donc une couleur absolue sans élément de comparaison. 

Pour ces deux raisons, aucun calibrage à l’œil nu ne peut être mené à bien. On peut certes s'approcher de quelque chose de très correct avec un très bon écran mais pas davantage. Et pour clore définitivement ce vieux débat : les défauts ne sont jamais linéaires. Votre écran n'est jamais trop magenta sur tout le spectre mais seulement entre telle valeur de luminosité et telle autre. Aucune chance de corriger comme il faut un dégradé de gris avec de telles dominantes ponctuelles.

 


Les courbes de corrections des signaux RVB d'un écran après calibrage : les trois courbes ne sont pas linéaires et varient selon le niveau de luminosité de chaque canal RVB. IL FAUT DONC CALIBRER avec un colorimètre !


Le prix très abordable des sondes de calibrage, même pour les meilleures, ne donne plus d'arguments décisifs aux détracteurs ! Passons donc au calibrage avec sonde avec allégresse... 

 

 

 


Calibrer avec un colorimètre (sonde d'écran)

Finie l'époque où le bon matériel de calibrage coûtait cher. Aujourd'hui, plusieurs générations de sondes se sont succédées et les produits sont aboutis, sauf peut-être dans leurs versions dites économiques (je n'ai pas dit amateurs), quoique Datacolor a mis à jour sa version Express en 2015 (Spyder5Express) et c'est c'est maintenant une très bonne sonde fiable à recommander aux débutants (même si elle possède encore une contrainte forte). Deux grandes marques ont sorti des kits de calibrage d'écrans dont les qualités ne sont plus remises en cause : X-Rite et Datacolor. Les différences entre les sondes et les logiciels tiennent entre autres dans leurs possibilités de régler précisément :

  • la luminosité - 80/140 Cd/M2 -,
  • le point noir,
  • le gamma,
  • La température de couleur du point blanc,
  • la lumière ambiante,
  • la possibilité de matcher plusieurs écrans afin de les aligner colorimétriquement,
  • la possibilité de bien calibrer les ordinateurs portables, 
  • La possibilité de calibrer l'iPad d'Apple, 
  • et accessoirement la possibilité de calibrer un vidéo projecteur.

Chaque matériel va se démarquer moins par la qualité de son colorimètre aujourd'hui - plus difficile à évaluer chez soi d'ailleurs - mais plutôt par le nombre de ses réglages, au nombre de modes de calibrage - basique ou avancé - et aux rapports qualité de fin de calibrage.

Si l'on considère que l'on en est à la quatrième ou cinquième génération de sondes de calibrage d'écran au très bon rapport qualité/prix aujourd'hui, on peut dire sans s'avancer que la qualité générale des sondes - quatre modèles récents aujourd'hui - est largement suffisante aujourd'hui à deux exceptions près : la Spyder4Express et la Colormunki Smile que je déconseille aux photographes. En revanche, selon le prix, nous allons encore rencontrer de grandes différences de possibilités de réglages.

   
 
 

Filtres en gélatine ou en verre organique ?


Les sondes anciennes sondes à filtres en gélatine vieillissent. Au bout de deux ou trois ans si vous n'êtes plus satisfait de votre calibrage, cherchez du côté de la sonde. À changer même si elle n'a pas beaucoup servi ! Ce n'est pas le calibrage qui la fait vieillir mais le temps qui passe...
Et dire qu'X-Rite nous ressort la sonde Eye One Display II déguisée en Colormunki Smile alors que précisément elle possède des filtres en gélatine ??? 

Les sondes Datacolor et X-Rite actuelles ont des filtres en verre organique (en plastique !) teinté dans la masse. Ils sont, par essence, moins précis que des filtres en gélatine mais nettement plus résistants au temps qui passe (et de meilleure qualité dans la toute récente version Spyder5 chez Datacolor).

 
     
   
 

1 - Installer le logiciel puis la sonde

Après avoir installé et mis à jour le logiciel de création de profils (indispensable) sur votre ordinateur, très simplement vous verrez, il faut donc calibrer l'écran en utilisant le logiciel et en s'aidant de ladite sonde qui sert aussi pour l'étalonnage. Votre écran doit être allumé depuis au moins un quart d'heure avant d'effectuer le moindre calibrage. Tant qu'il n'est pas bien chaud, les couleurs sont susceptibles de changer légèrement même si c'est imperceptible à l'œil nu. La sonde, elle, verra la différence !

2 - Bien choisir la technologie de rétroéclairage... ou laisser faire !

Parfois, le logiciel de calibrage d'écran vous demande de lui indiquer la technologie de rétroéclairage de l'écran (CCFL, Diode, etc...) s'il n'arrive pas à la détecter automatiquement. Selon cette technologie, la matrice couleur (la base de calcul pour faire court) utilisée par le logiciel sera différente et influencera le calibrage. Or c'est d'autant plus vrai depuis la version 1.6 d'i1 Profiler d'X-Rite et les écrans hauts de gamme récents. Comme je l'explique sur mon blog lors du  test du BenQ PG2401PT, le fameux Delta E peut ainsi passer de 2,73 à 0,84 !!!

Remarque début 2018 ! Les dernières mises à jour de logiciels font très bien le travail automatiquement.


3 - Réglage de la luminosité et du contraste de l'écran

Le premier point important consiste à régler le point noir et blanc du moniteur. Votre sonde va alors servir d'outil d'étalonnage. Si l'écran est réglé trop sombre, les détails dans les ombres seront perdus et si l'écran est trop lumineux les couleurs seront délavées et ne pourront pas être corrigées correctement. De plus, il n'y aura pas de correspondance entre la photo affichée et le tirage.
Il est donc important que sur son écran calibré on puisse distinguer une différence entre un pixel à 0 et un pixel à 2 ou 3, de même pour les hautes valeurs. pourquoi ?

Petit rappel ! il ne faut pas chercher un réglage qui montrerait une différence entre un pixel à 255 et à 254 car cela voudrait dire que vous seriez capable de voir une différence de 1/255 ce qui est impossible puisque les yeux les plus sensibles voient une différence de 1/200. Si c'est techniquement possible pour l'écran d'afficher une telle différence, cela veut dire que votre écran est mal réglé pour d'autres valeurs.

La luminosité idéale pour un écran se trouve entre 80 et 140 Cd/M2, selon l'environnement lumineux de travail ou bien la destination de vos photos : plutôt 80-100 Cd/M2 si vous imprimez et 120-140 Cd/M2 si vous destinez vos images uniquement à Internet. Pour régler correctement le point noir ET le point blanc en même temps il faut régler la luminosité ET le contraste de l'écran. Le réglage de la luminosité sert à régler le point blanc et le réglage conjoint du contraste sert à régler le point noir et la dynamique entre les deux. Choisissez "contraste natif" si travaillez sans imprimer et préférez "287-1" si vous imprimez très régulièrement dans un environnement lumineux "contrôlé". Ce rapport de contraste est celui de l’œil lorsqu'il regarde un tirage.

Astuce ! Sur les écrans de portables - voir cette page pour davantage de conseils spécifiques à leur calibrage -, le contraste ne peut être réglé manuellement. Il doit donc se faire automatiquement. Heureusement les nouvelles sondes de calibrage Spyder5Pro, Spyder5EliteColormunki Display et i1 Display Pro possèdent cette fonctionnalité. Si vous possédez une sonde plus ancienne, vous gagnerez à en changer.

   
 
 

Attention si vous calibrez un portable ou un iMac !

En effet, ces ordinateurs activent toujours par défaut dans leurs préférences moniteurs l'option "Luminosité automatique" qu'il faut absolument désactiver AVANT de lancer le calibrage.


Options réglages luminosité iMac


DÉCOCHEZ "Régler la luminosité automatiquement"

 
     
   
 

4 - Réglage du gamma et de la norme ICC : V2 ou V4

A - Le gamma : Selon le colorimètre que vous allez utiliser, il est possible de choisir le gamma cible. Dans l'absolu, il faut aujourd'hui viser 2,2 mais si votre logiciel de calibrage le permet, vous pouvez également essayer la courbe L Star, notamment si vous imprimez régulièrement vos photos. Enfin, si vous calibrez avec une sonde et un logiciel haut de gamme, vous aurez la possibilité de choisir entre 1,6 et 2,4 par incrément de 0,1. Je vous conseille d'essayer sur deux ou trois valeurs autour de 2,2 et voir avec laquelle le dégradé de votre écran est le plus beau. Avec les écrans dits Art-graphiques, essayez éventuellement la courbe L*, la plus naturelle sur le papier bien qu'il n'y est pas un bien grand écart avec le gamma 2,2. Personnellement, sur mon Eizo CS240 j'ai préféré 2,2.

A noter ! La guerre 1,8 MAC / 2,2 PC est enfin finie depuis longtemps et Apple travaille aujourd'hui avec le gamma le plus "naturel" pour l’œil quand il regarde un écran c'est-à-dire 2,2. (Pour le plus courant dans les logiciels "amateurs". Les professionnels sur écrans haut de gamme choisiront eux le L* (L star) qui est pour le coup la courbe la plus proche de la réponse de l’œil de l'"observateur moyen" au sens CIE du terme.)

B - La norme ICC V2 ou V4 - Encore aujourd'hui (début 2018), il est très important pour un amateur qui découvre la gestion des couleurs voire davantage (!) de choisir la norme V2, surtout en environnement Windows, lorsque votre logiciel de calibrage vous propose de choisir cette norme, soit pendant le processus de calibrage (X-Rite) soit dans les préférences du logiciel (Datacolor). En effet, lorsque vous laissez ou choisissez la norme V4, les photos seront par exemple trop sombres dans la visionneuse Windows. évidemment, un utilisateur averti pourra choisir la V4 en toute connaissance de cause car il ne sera justement pas surpris par cet assombrissement dans certains logiciels... qu'il n'utilisera du coup a priori pas !

5 - Réglage de la température de couleur 

Le dernier point important est la température de couleur du moniteur ou plus exactement de son point blanc. Lorsque vous affichez du blanc dans Photoshop, (255, 255, 255) est-ce qu'il vous apparaît vraiment blanc ou blanc chaud c'est-à-dire un peu jaune ou blanc-froid c'est-à-dire légèrement bleu ? A 9300 K, réglage par défaut en sortie d'usine de la plupart des écrans dits non art-graphique, l'écran est claquant et bien trop froid (trop bleu). Avec de nombreux écrans autour de 500/1000 euros, le réglage usine tourne autour de 6500 K.

   
Photos avec une température de couleur différentes, plus ou moins chaude
   
 

La valeur cible idéale se situe donc entre 5000 K et 6500 K, 6500 K étant la température de la lumière du jour un jour de soleil traditionnellement.

Important ! Le réglage 5000 K est le réglage par défaut du monde pré-presse car les cabines d'observation des tirages ou impressions sont calées à 5000 K. A choisir avec les écrans Art-graphiques la plupart du temps voire un peu plus car si vous avez plusieurs écrans et qu'ils ne sont pas tous de cette qualité vous n'atteindrez jamais correctement 5000 K avec ces écrans plus conventionnels. Le monde du Pré-Presse doit travailler avec des écrans haut de gamme pour cette raison.
Cependant, si votre écran n'est pas calé sur 5000 K par construction, vous n'arriverez jamais à atteindre cette valeur - sans défauts bizarres - avec un écran fabriqué pour fonctionner à 6500 K ou pire à 9300 K. A 5000 K, votre écran paraîtra franchement jaune et étrange ! Donc avec tous les autres écrans, je conseille de viser entre 5500 et 6500 K avec un faible entre 6000 et 6500 K. Je trouve cela d'ailleurs plus naturel lorsque l'on regarde ses tirages en lumière ambiante ou sous spots halogènes. Aucune exposition n'est éclairée avec des cabines à 5000K et n'oublions pas que cette norme sert à uniformiser la fabrication des livres, pas des expositions photos ! 

Il est important de savoir que finalement, ce choix est sans réelle importance dès lors que la température de couleur est choisie avant la caractérisation de l'écran. 5000 K correspond certes à l'illuminant D50 du pré-presse mais le D65 (6500 K) est plus naturel puisqu'il correspond à la lumière du jour à laquelle nous sommes habitués depuis des milliers d'années. Le choix final vous revient selon vos habitudes de travail et vos goûts. A noter que l'écran s'use tout de même un peu moins vite si on l'utilise à 6500 K car l'écart avec les réglages par défaut d'usine est moins important. Personnellement, j'aime bien entre 5500 K et 6000 K.

6 - Contrôle de la lumière ambiante 

Certains modèles de sondes de calibrage permettent de mesurer la lumière ambiante afin de parfaire le réglage du niveau de luminosité. Pourquoi pas si celui-ci ne bouge pas donc dans un environnement stable sinon à quoi bon ? Vous trouverez peu de spécialistes de la gestion de la couleur pour vous dire que c'est incontournable, du moins avec les anciennes sondes car avec la nouvelle génération comme la Colormunki Display, ce processus de mesure est même obligatoire. A noter également qu'il est possible, dans ces conditions de demander au logiciel de mesurer la lumière ambiante régulièrement et évidemment automatiquement. Vraie avancée ou gadget, à voir... Personnellement je n'aime pas car dans certains cas le remède est pire que le mal si vous possédez notamment dans votre pièce, quand elle est éclairée le soir, des ampoules fluocompactes. 

Mon conseil ! N'activez pas cette fonction de mesure de la lumière ambiante !

7 - La caractérisation

La suite du calibrage que l'on appelle la caractérisation se passera sans votre intervention. La sonde est à nouveau obligatoire. Selon le logiciel de calibrage que vous utiliserez et qui ne dépend pas de vous mais bien du fabricant de sondes, vous verrez défiler devant la sonde, sur votre écran de nombreux patchs colorés, plus ou moins nombreux, que la sonde va maintenant mesurer afin de relever le gamut de votre écran et ses caractéristiques colorimétriques - ses défauts quoi ! -. De cette phase dépendent beaucoup de la qualité de votre calibrage ainsi que la qualité des filtres à l'intérieur de la sonde. Chez Datacolor par exemple, ils ne sont pas les mêmes sur la Spyder3Express que sur la version Pro et Elite. Avec le logiciel de pilotage de la sonde, ils font la qualité de celle-ci donc du calibrage.

Pour finir, il ne restera plus qu'à vérifier à l’œil nu si tout semble s'être bien passé et surtout donner un nom au profil ICC de votre écran ce jour là.  Votre écran est maintenant calibré !

8 - Dernière remarque : que se passe-t-il si vous utilisez un écran secondaire sur un portable ? - MàJ été 2017

Vous pouvez bien entendu calibrer deux écrans même depuis un ordinateur portable - celui de votre ordinateur et un écran secondaire - mais c'est à l'usage que la différence se fera sentir par rapport à un ordinateur de bureau (et encore, même chez eux il peut y avoir des curiosités selon la carte graphique).

   
Écran de bureau et écran d'ordinateur portable
   
 

Pour faire court, les cartes graphiques des portables ne savent pas gérer deux profils ICC en même temps ! Il vous faudra donc travailler soit sur l'écran de votre portable calibré soit sur l'écran secondaire. C'est dans les préférences couleurs de votre ordinateur que vous pourrez choisir. Il va s'en dire alors que l'autre écran, qui utilisera de fait un profil ICC qui ne lui appartient pas, sera dans les choux !

À lire - Mes conseils pour calibrer un écran secondaire installé sur un ordinateur portable 

 

 

Vérifier son calibrage en trois tests... 

Je vous invite, pour vérifier votre calibrage, à faire les tests suivants :

  • Le dégradé de gris
  • Le point blanc
  • Le point noir.

Contrôler les points noir et blanc

Il existe un moyen simple de vérifier que son écran n'est pas trop sombre ou trop clair avec Photoshop; voici la procédure :

1 - Ouvrir un nouveau document de la taille de votre écran CMD + N (CRTL+N) et le remplir de noir - 0, 0, 0 - ou de blanc (255, 255, 255) avec l'outil "Remplir" (raccourci G)...
2 - Faire une sélection rectangulaire (raccourci M) au milieu de la fenêtre de 150 à 200 pixels environ.
3 - Enlever l'affichage de cette sélection en cliquant sur CMD+H (CTRL + H).
4 - Créez un calque de réglages Courbes.
a) Pour le point noir (donc sur fond noir) : cliquez en bas à gauche sur la courbe pour voir s'afficher les champs Entrée et Sortie. Mettre comme valeur de sortie 3 et regarder la zone de la sélection au centre de l'écran. Si vous voyez une très légère différence c'est OK, sinon votre écran est trop contrasté. Il faut essayer d'étalonner votre écran avec une autre valeur de contraste moins importante. 

   
Contrôle du point noir d'un écran après calibrage
   
 

b) Pour le point blanc : cliquez en haut à droite sur la courbe pour voir s'afficher les champs Entrée et Sortie.
Dans le champ sortie mettre : 252/253 et effectuer le même contrôle sur la partie centrale de votre écran, dans la zone de sélection. Vous devez voir apparaître un rectangle très légèrement grisé. 
Le rectangle de sélection est plus clair de 2 ou 3 niveau de luminosité si vous vérifiez le point noir de votre écran et gris très clair, distinct du blanc si vous vérifiez le point blanc.
Tapez deux fois sur le clavier F, F puis Tab. Cela affiche le document sans les palettes et autres menus donc sans fenêtre susceptible de fausser l'observation du noir ou du gris très clair.

   
Contrôle du point blanc d'un écran après calibrage
   
 

Dans votre environnement de travail, vous devez voir le rectangle très légèrement plus clair si votre écran est bien calé pour les noirs et très légèrement gris s'il est cette fois bien calé pour le point blanc au centre de la sélection.
Cette procédure de vérification est valable avec tous les outils de calibrage et fonctionne très bien.

Choisir son gamma et vérifier son calibrage

Il existe un moyen simple de vérifier que son écran travaille avec le meilleur gamma dans Photoshop et que la sonde choisie est la meilleure (dans le cas d'un comparatif) ; voici la procédure :

1 - Ouvrir un nouveau document de la taille de votre écran CMD + N (CRTL+N) avec un profil ICC sRGB...
2 - Choisir l'outil dégradé de noir à blanc (G), 
3 - Tirer l'outil de haut à gauche à bas à droite. l'écran se remplit d'un beau dégradé... normalement ! 

   
Dégradé de gris réalisé dans Photoshop pour vérifier le calibrage
   
 

Il suffit de l'observer. Vous pourrez observer deux choses :

 D'éventuelles cassures de tons, parfois colorées montrant soit un mauvais calibrage soit tout simplement les limites de votre écran.
 Un beau dégradé progressif entre le noir et le blanc. Souvent, la proportion de noir ou de blanc est trop importante montrant un mauvais choix de valeurs cibles de luminosité/contraste et... GAMMA.

   
Dégradé de gris avec cassures de tons réalisé dans Photoshop pour vérifier le calibrage
   
 

Les cassures de tons sont marquées et caractéristiques d'une dalle de mauvaise qualité.

Enfin, il est souhaitable de refaire un calibrage trois/quatre fois par an les trois premières années, quand l'écran se porte bien et peut-être un peu plus souvent ensuite. Il y a longtemps que je ne fais plus mon calibrage toutes les semaines !
Une exception : pour les retoucheurs professionnels qui le feront toutes les semaines ou avant chaque cession de retouches importantes mais eux sont dans une obligation contractuelle de travailler sur les meilleurs écrans et le calibrage régulier s'impose, "pour être sûr".

 

  Sur la page suivante, nous allons étudier le cas particulier des iMac, iMac Retina et iMac Pro d'Apple : Comment calibrer un iMac - 3 / 5   Suivre
   
 
 

À retenir !


Calibrer son écran à l’œil nu est délirant aujourd'hui ! Achetez-vous une bonne sonde dès 120,00 euros. 

 L’œil est un excellent comparateur mais très mauvais dans l'absolu !

 Le choix de la luminance de votre écran se fait selon deux critères très importants :
1 - Vous travaillez essentiellement en vue d'une impression ou plutôt pour Internet,
2 - La luminosité de votre pièce.
Lorsque l'on cherche à obtenir une bonne correspondance entre son écran et son tirage, il est fréquent de conseiller de travailler entre 80-100 Cd/m². C'est le cas dans un environnement lumineux plutôt faible, feutré. Seulement voilà, si vous travaillez dans un environnement lumineux, vous serrez obligé de monter la luminance de votre écran, parfois nettement. En fait ce qui compte c'est uniquement la recherche d'une bonne correspondance entre les deux.
Il est vrai qu'à environnement lumineux identique, si vous travaillez essentiellement pour Internet alors vous pourrez choisir une luminance plus élevée,  120-140 Cd/m² étant souvent cités.

 Choisissez un gamma de 2,2. (Le L* peut être conseillé à ceux qui aiment avoir beaucoup de détails dans les ombres mais il y aura alors une grosse différence entre votre écran et un tirage.)

 Choisissez la norme ICC V2 (et non la V4 souvent cochée par défaut dans les logiciels de calibrage d'écrans récents) si vous utilisez, par exemple, la visionneuse Windows sans quoi vos photos seront trop sombres. Ceux qui savent pourquoi et comment utiliser la norme V4 ne suivront bien évidemment pas ce conseil !

 Choisissez une température de couleur de 5800/6500 K  : sur la grande majorité des écrans, cela représente souvent un très beau compromis, très légèrement "chaud" à 5800K.
Attention ! Toutes les sondes ne permettent pas de choisir des valeurs entre 5500 K et 6500 K. 

 Choisissez "Contraste natif" si vous travaillez beaucoup sur Internet et "287:1" si vous imprimez beaucoup; La correspondance entre les noirs de vos images et ceux du tirage seront alors très proches.

 Ne contrôlez pas automatiquement la lumière ambiante  : car si votre pièce possède des lampes basse consommation donc dont le spectre n'est pas uniforme, la correction automatique du profil ICC de votre écran qui en découle est catastrophique !

 Si vous êtes photographe amateur voire même pro mais que vous n'êtes pas retoucheur pro, vous pouvez vous contenter de 3/4 calibrage par an. En revanche, si vous êtes exigeant donc sur un écran haut de gamme, voire si vous êtes retoucheur pro, un calibrage très régulier sera toujours conseillé (au cas ou, seulement au cas ou!).

 
     
 
 
À travers ces 5 pages je vais partager avec vous tous mes conseils pour bien calibrer vos écrans de bureau ou de portables, vos iMac ou vos tablettes...
- Pourquoi calibrer son écran ?
- Comment calibrer son écran ? - 2/5
  - Calibrer un écran avec ou sans sonde ?
- Calibrer avec sonde / les points clefs
- Tests et vérifications
- À retenir...

- Cas particulier : calibrage l'iMac / iMac Pro
- Cas particulier : calibrer les portables
- Cas particulier : calibrer les tablettes et smartphones

 

- Mon guide d'achat des meilleurs colorimètres
- Mon guide d'achat des écrans 2018


 

"Comprendre et bien utiliser les DPI"
Livre numérique - pdf 116 pages

En savoir plus...

12,90 €

"Comprendre tout le vocabulaire de la couleur" Livre numérique - pdf 160 pages

En savoir plus...

Prochainement !

   
 

 

     

 

 

 

     
 

 

       

Depuis avril 2002 ce site vous propose...
 

Ce site dédié à la gestion des couleurs pour les photographes et les vidéastes, débutants ou professionnels, visité par plus de 480 000 personnes par an, propose d'une part de vous aider à comprendre et mettre en pratique facilement la gestion des couleurs de vos photos et d'autre part vous aide à faire les meilleurs investissements grâce à plus de 75 tests matériels ou logiciels et ce, depuis avril 2002 ! Il est le fruit d'un patient travail et d'une longue expérience partagés par un photographe professionnel mais surtout passionné !

 

D'où proviennent les produits testés ? Mon avis est-il libre ?

Tous les produits dont je parle sur ce site ont été testés par mes soins soit à la suite d'un achat personnel, d'un prêt amical, pendant une formation chez un client ou bien encore suite à un prêt constructeur. Dans tous les cas, c'est moi qui décide ce que je veux tester et même si, par le passé, certaines marques ont été "déçues" par mes conclusions, les choses bougent aujourd'hui et mon avis impartial est de plus en plus le bienvenu...

 

Comment ce site est financé ? Avec quelle éthique commerciale ?

Ce site est en grande partie gratuit et pourtant sans aucun placement produit et sans pub. Pourquoi ? Mais parce que j'ai fait un choix il y a quinze ans déjà ! Or il faut reconnaître que c'est lucratif et que cela fait vivre de nombreux sites Internet.

 

Je me suis donc posé la question : que faire car ce site ne peut grandir qu'avec des revenus réguliers, comme les autres ? Comment continuer à rendre l'information accessible gratuitement, ce que je fais historiquement depuis avril 2002 ? 


       
         


Et bien grâce à l'affiliation : à chaque fois que vous cliquez sur les liens de ce site vers mes boutiques partenaires, ils savent que vous venez de ma part et me reversent un petit pourcentage sur ce que vous achetez : mon conseil d'achat ou tout autre chose d'ailleurs. Pensez à passer par mes liens quand vous achetez chez eux ! Cela ne vous coûte donc rien et tout le monde y gagne : vous, eux, moi ! Et comme je vis avec mon temps, j'essaie de travailler le plus possible avec des sites mettant en avant une éthique sociale dans leur entreprise. Dans tous les cas, j'essaie de vous offrir un choix varié de possibilités de me soutenir...

 

Informations légales

Les informations légales sont accessibles sur ma page Mentions légales - Me contacter...

 
 

 

     

 

 

Retour en haut



 

Plan du Site  |   À propos  |   Mentions légales